Les parcs marins australiens sont menacés par la pêche industrielle. Les associations sont révoltées

ADVERTISING

Le gouvernement australien songe à donner un plus grand accès à ses parcs marins à la pêche industrielle. Parmi ces parcs, ceux abritant la grande barrière de Corail, pourtant classée au patrimoine mondial de l'humanité.

 

S'appuyant sur un rapport qui concerne les 44 zones visées, les autorités mettent en avant une approche plus équilibrée de la pêche et de la protection des océans, ainsi qu'un développement de l'écotourisme.

 

Source : DPAW

 

Josh Frydenberg, le ministre de l'Environnement, a ainsi déclaré :

 

En ciblant davantage nos restrictions et en intégrant la gestion des parcs marins à celle de pêcheries de classe internationale, nous avons non seulement renforcé la protection de l'environnement mais aussi assuré un soutien aux économies régionales.

 

Les associations de défense de l'environnement ont bien entendu aussitôt réagi à cette annonce, en faisant savoir leur désapprobation. La branche australienne du WWF a notamment dénoncé le projet.

 

Source : DPAW

 

L'augmentation de la pêche industrielle dans les zones concernées se fera à hauteur de 17 %, tandis que les groupes miniers voient cependant leurs activités être réduites : 200.000 km2 supplémentaires seront ainsi protégés. Pour autant, le WWF continue de s'insurger, surtout en ce qui concerne le sort de la mer de Corail :

 

La mer de Corail, considérée comme la porte d'entrée de la Grande barrière de corail, est la région la plus durement touchée, avec une baisse de 50% des zones protégées.

 

Source : DPAW

 

L'un des partis de l'oppositions, le parti travailliste, a fait savoir par l'intermédiaire de son porte-parole, Tony Burke, qu'il s'élevait lui aussi contre un tel projet :

 

Imaginez que dans tous nos parcs terrestres, le gouvernement dise tout d'un coup "c'est toujours des parcs nationaux mais on peut aller dans la moitié d'entre eux pour abattre la faune sauvage".

 

Via : Geo

ADVERTISING