Les ours « les plus tristes d’Europe » goûtent enfin à la liberté

PUBLICITE

Tomi, Pashuk et Gjina font partie des cinquante ours retenus captifs et utilisés à des fins de divertissement en Albanie, comme le rapporte le site The Dodo. Souvent désignés comme des « ours à bière » en raison du régime à base de bière et de pain auxquels ils sont soumis, ils ont été surnommés les « ours les plus tristes d'Europe » par l'association Four Paws International, qui œuvre pour le droit des animaux maltraités à des fins de divertissement, scientifiques ou économiques.

 

ours-europe-sauvetage-1Source : Four Paws International

 

Tomi est l'un de ces ours. Il vivait dans une cage en ciment, tout près des toilettes, dans un restaurant de la ville d'Ulza. Signalé par une personne choquée par ses terribles conditions de vie, l'animal a été enfin été libéré après l'intervention d'une équipe de Four Paws International et du ministère de l'environnement albanais.

 

Carsten Hertwig, spécialiste des ours au sein de l'association, confie :

 

Il se trouve dans un état déplorable. Ses dents sont très endommagées, et il est couvert de blessures sur le haut du corps. Il était temps qu'il soit tiré de cet endroit horrible.

 

ours-europe-sauvetage-2

Source : Four Paws International

 

Tomi a été endormi, puis transporté au zoo de Tirana – zoo au demeurant peu recommandable – de manière temporaire. L'ours y a été soigné, le temps de préparer son départ pour le sanctuaire Prishtina Bear Sanctuary, au Kosovo.

 

ours-europe-sauvetage-3
Source : Four Paws International

 

Tomi n'est pas le seul ours albanais à rejoindre le Prishtina Bear Sanctuary. En effet, Four Paws International est également parvenu à libérer Pashuk, détenu dans des conditions similaires à celles de Tomi.

 

L'animal vivait dans une cage bien trop petite pour lui, à moitié étranglé par un collier qui lui rentrait dans la peau. Cartsen Hertwig explique à nouveau :

 

J'ai vu beaucoup d'ours en souffrance, mais je n'ai jamais rien vu de tel. La chaîne était tellement enfoncée profondément que la peau avait déjà grandi par-dessus. Les propriétaires de Pashuk l'ont enchaîné alors qu'il n'était encore qu'un ourson et n'ont jamais retiré la chaîne.

 

ours-europe-sauvetage-4
Source : Four Paws International

 

La première tâche de ses sauveurs a donc été de retirer le collier. Pashuk nécessitait un traitement d'urgence, et il a été lui aussi transporté au zoo de Tirana.

 

ours-europe-sauvetage-5
Source : Four Paws International

 

Un troisième ours, une femelle dénommée Gjina, a lui aussi retrouvé la liberté. Confinée dans un espace étroit à proximité d'un restaurant, l'ourse a finalement été libérée à la fin du mois d'août. Gjina a reçu les soins nécessaires à son rétablissement et s'est progressivement préparée à son arrivée au sanctuaire, aux côtés de Tomi et Pashuk.

 

Hier, les trois ours ont enfin fouler la terre pour la première fois, défaits de toute chaîne, après des années de souffrance.

 

ours-europe-sauvetage-6Source : FOUR PAWS Interational

 

Ils ont passé la nuit dans un des bâtiments du sanctuaire, pour être examinés une dernière fois et préparés à leur remise en liberté. Et enfin… Tomi, Pashuk et Gjina ont fait leurs premiers pas dans une nouvelle vie.

 

Tomi's first contact with water!WHAT A MOMENT! Tomi's first contact with water! We can't believe all three bears are finally in their new enclosures! ? More videos to come … We hope you like all our updates!

Publié par FOUR PAWS International sur mardi 27 septembre 2016

 

Hélas, des dizaines d'ours restent enfermés dans des cages en Albanie, au sein de zoos improvisés, et où ils vivent dans des conditions déplorables. Vous pouvez agir en signant la pétition demandant leur libération ou en faisant un don à l'association Four Paws International.

 

Via : The Dodo

PUBLICITE