Les animaux sauvages dans les cirques interdits à Strasbourg

strasbourg interdiction animaux sauvages
ADVERTISING

Le 16 avril, le Conseil municipal de la ville de Strasbourg a prononcé une interdiction des cirques qui comportent des numéros avec des animaux sauvages. Elle s'est également engagée à promouvoir des spectacles "respectueux de la condition animale".

 

Déposé par Eric Schultz, adjoint au maire, et voté à l'unanimité, il s'agit d'un vœu "relatif à l'interdiction de l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques et à l'accueil à Strasbourg d'arts circassiens respectueux de la condition animale".

 

strasbourg interdiction animaux sauvagesSource : archives DNA

 

La ville de Strasbourg et ses représentants ne se disent pas fermés au monde circassien, seulement réfractaires à l'utilisation d'animaux sauvages dans les cirques. Ils ont par ailleurs indiqué que les cirques ayant déjà prévu un passage dans la ville ne seraient pas annulés.

 

Ils ont construit leur tournée, on ne va pas leur dire : « Annulez. ». Ce n’est pas la peine d’aller dans des batailles juridiques. On va mettre en place une construction progressive à partir de l’été pour expliquer qu’on ne les accueillera plus l’année prochaine sauf s’ils ont fait des efforts pour lesquels on va les accompagner.

 

Les cirques, s'ils veulent se produire à Strasbourg, pourront, sur demande, répondre à des normes vétérinaires, qui, si elles ne sont pas respectées, entraîneront un refus de la part de la ville.

 

On peut refuser un accueil dans notre commune. Ce sont les critères du refus que nous devrons motiver, en s’appuyant sur les normes vétérinaires. Si on n’a pas possibilité de les installer sur un terrain suffisamment grand, par exemple. Pour une zone urbaine comme Strasbourg, c’est quasiment impossible de les accueillir dans les normes.

 

Strasbourg a également indiqué qu'elle cesserait d'acheter et de diffuser des billets de spectacles qui ont des animaux sauvages.

 

strasbourg interdiction animaux sauvagesSource : Shutterstock 

 

Cette décision pourrait avoir un effet positif sur le long terme, et encourager les autres communes d'Alsace à faire de même. En conséquences, les cirques pourraient être découragés et se résoudre à ne pas se produire dans la région.

 

Mais déjà à Strasbourg, c’est pas mal, car la ville a une position centrale. On peut avoir un effet symbolique et politique d’entraînement sur d’autres communes. Les grands cirques, s’ils ne peuvent pas venir à Strasbourg, ne se déplaceront peut-être pas dans la région. C’est une pression supplémentaire.

 

Cette décision a probablement été largement influencée par le sort de Maya, l'éléphante du cirque de la Piste d'Or, retenue captive dans des conditions déplorables et soutenue par l'association OneVoice. De plus, le 12 avril, des associations de protection animale s'étaient mobilisées dans la ville.

 

strasbourg interdiction animaux sauvagesMaya, l'éléphante du cirque de la Piste d'Or – Source : OneVoice

 

Le débat actuel repose donc sur une question : faut-il interdire uniquement les animaux sauvages, ou les animaux tout court ?

 

L"emploi d’un animal pour un spectacle de cirque ne se justifie pas. Il y a suffisamment de numéros d’acrobates, de jongleurs, d’équilibristes pour que ce ne soit pas nécessaire. Ce ne sera pas la fin d’un art, bien au contraire. C’est un renouveau.

 

Pour l'heure, Strasbourg tente d'implanter ces mesures de manière progressive, mais sa décision pourrait bien avoir ouvert le débat ailleurs en France.

 

ADVERTISING