L’employé « sadique » de l’abattoir du Vigan condamné à 8 mois de prison avec sursis. Un procès historique

ADVERTISING

MISE À JOUR 28/04/2017

 

Le tribunal de grande instance d’Alès (Gard) a rendu sa sentence aujourd'hui, vendredi 28 avril, condamnant le principal prévenu à 8 mois de prison avec sursis.

 

*      *      *

 

ARTICLE ORIGINAL

 

C'est un procès historique qui s'est ouvert ce jeudi 23 mars devant le tribunal correctionnel d'Alès, dans le Gard. Un an de prison avec sursis a été requis contre Marc Soulier, le principal prévenu dans l'affaire des actes de cruauté commis à l'abattoir du Vigan et révélés par l'association L214 en février 2016.

 

"Un caractère sadique"

Les images, terribles, montraient plusieurs opérateurs brutaliser les animaux sur la chaîne d'abattage. La "responsabilité la plus lourde" a été attribuée à Marc Soulier, que l'on voit notamment jeter violemment des moutons sur le sol ou encore s'amuser à infliger des chocs électriques sur les animaux sans nécessité. Pour le procureur Nicolas Hennebelle, il s'agit de "faits exceptionnels qui ne sont pas de simples actes de maltraitance mais qui révèlent un caractère sadique."

 

L214-abattoir-vigan-2Source : L214

 

"Un avertissement sévère"

Le magistrat a d'ailleurs assorti la peine de 12 mois de prison avec sursis d'une interdiction d’exercer une activité professionnelle dans un abattoir pendant cinq ans ainsi que de détenir des "animaux de rente". Marc Soulier devra également verser 3 400 euros d'amende. Un "avertissement suffisamment sévère pour éviter toute réitération", selon le procureur.

 

Au lendemain de la diffusion des images, Marc Soulier, ce fils d'éleveur âgé de 24 ans titulaire d'un CAP de boucher, avait été licencié par son employeur. D'autres employés de l'abattoir étaient également mis en cause pour "actes de cruauté" et "mauvais traitements". Des amendes de 150 et 600 euros ont été requises contre deux d'entre eux, dont l'un avait transporté un porcelet par les oreilles et utilisé un aiguillon électrique interdit pour infliger des souffrances inutiles aux animaux.

 

L214-abattoir-vigan-4Source : L214

 

La responsabilité morale de la communauté de communes a également été mise en cause dans la mesure où le procureur a jugé qu'elle n'avait pas été assez attentive au respect de la règlementation. Elle s'est vue infligée une amende de 6 000 euros.

 

Le jugement a été mis en délibéré au 28 avril prochain, date à laquelle le tribunal rendra sa décision.

 

L214-proces-vigan-abattoir-1

 

C'est la première fois en France que des actes de cruauté commis dans un abattoir font l'objet d'un procès. "C'est un réquisitoire que l'on trouve plutôt satisfaisant", s'est ainsi félicité  Sébastien Arsac, porte-parole de l'association L214, au micro de France 3 Occitanie.

 

L214-proces-vigan-abattoir-3

 

Car outre les actes de maltraitance, ce procès met en lumière cette absence de contrôle des règles minimales de protection animale dans les abattoirs français que L214 dénonce maintenant depuis plusieurs années. "L'enjeu de ce procès était de mettre toute la lumière sur le quotidien des abattoirs. Tous les abattoirs sont synonymes de détresse, de souffrance et de mort. La violence est inhérente aux abattoirs. En choisissant d'écarter la viande de nos assiettes, nous mettons un terme à la tuerie des animaux", conclut l'association.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING