L’éléphant « le plus malchanceux du monde » retrouve enfin la liberté après cinquante ans d’esclavage

PUBLICITE

Le combat aura duré deux ans.

 

Après une lutte acharnée pleine de déceptions et de rebondissements, Mohan, surnommé « l'éléphant le plus malchanceux du monde », a enfin pu être libéré des chaînes qui le retenaient prisonnier depuis près de cinquante ans, comme le rapporte le site Times of India.

 

mohan-elephant-sauvetage-2

Source : @Wildlife SOS India

 

L'état préoccupant de Mohan a été pour la première fois signalé à l'association Wildlife S.O.S India en 2014, dans l'État d'Uttar Pradesh, en Inde. Mohan, un éléphant d'Asie, a été arraché à son milieu naturel dans les années 60 pour être vendu dans un marché aux bestiaux et utilisé ensuite comme bête de travail. Il a travaillé des journées entières, a passé toutes ses nuits enchaîné et n'a jamais reçu d'attention ou de soins particuliers.

 

Mohan n'est cependant pas tout à fait seul durant toutes ces années. À ses côtés se trouve Raju, un autre éléphant lui aussi arraché à sa famille pour servir les intérêts humains. Mais Raju a eu plus de chance que son frère de souffrance. En 2014, il émeut d'ailleurs le monde entier : Raju pleure de joie lorsque les volontaires de Wildlife S.O.S India viennent le délivrer de ses chaînes.

 

mohan-elephant-sauvetage-4

Source : @Wildlife SOS India

 

Ce jour-là, Mohan aurait dû lui aussi partir avec Raju et laisser derrière lui les années de maltraitance. Hélas, les choses ne se passent pas comme prévu. Mohan reste introuvable. Les bénévoles repartent sans lui, mais refusent d'abandonner le combat, et un bras de fer fastidieux va alors s'engager avec le propriétaire de l'animal.

 

Celui-ci a légalement perdu la garde de l'éléphant aux yeux de la justice et doit donc laisser partir Mohan. En mars 2015, dix volontaires de l'association reviennent sur les lieux, accompagnés par la police et des gardes forestiers, bien décidés à délivrer Mohan. Ils sont cependant arrêtés par près de 300 personnes qui les forcent une nouvelle fois à abandonner l'animal à son triste sort.

 

mohan-elephant-sauvetage-5

Source : @Wildlife S.O.S India

 

Une longue bataille juridique s'engage suite à ces incidents. Le propriétaire tente de récupérer la garde de l'animal et fait un recours. Les retards et les ennuis s'enchaînent : le juge ordonne un autre examen vétérinaire, un des avocats a un accident, un politicien local s'oppose à la décision de la Cour… Pas moins de 18 actions en justice se succèdent. Entre-temps, une pétition a déjà recueilli plus de 200 000 signatures pour réclamer la libération de l'éléphant.

 

Jusqu'au jour où, enfin, la chance semble sourire à Mohan. Après une opération de près de 20 heures et de nombreux incidents provoqués par une foule hostile, Mohan est enfin délivré de ses chaînes en juillet 2016. Un examen vétérinaire confirme rapidement l'état sanitaire déplorable de l'animal : il a été mal nourri durant des années et souffre de blessures infligées par des coups répétés.

 

mohan-elephant-sauvetage-9

Source : @Wildlife S.O.S India

 

Aujourd'hui, la bataille n'est pas encore tout à fait terminée. Si Mohan a enfin été libéré de sa vie d'esclavage, il n'a pour autant pas été confié à Wildlife S.O.S, mais placé sous la garde du Ministère des Forêts de l'État d'Uttar Pradesh. L'ancien propriétaire de Mohan tente, quant à lui, de récupérer l'éléphant. John Pecorelli, de l'association Wildlife S.O.S, confie au site The Dodo :

 

Les gardes forestiers, Ndlr, prennent soin de lui, et nos mahouts, les gardiens d'éléphants, Ndrl, s'occupent de lui. Nous souhaitons toujours que Mohan rejoigne notre sanctuaire. Nous avons donc encore quelques batailles judiciaires qui nous attendent. C'est certes une très belle victoire, mais la guerre n'est pas terminée.

 

De son côté, Kartick Satyanarayan, co-fondateur de Wildlife S.O.S, espère voir en cette décision une étape historique vers la fin de la captivité pour les éléphants détenus illégalement en Inde, encore trop nombreux. En attendant, Mohan profite enfin d'une liberté dont il a été si longtemps privé.

Via : @Times of India

PUBLICITE