Le président des chasseurs veut piéger les chats

PUBLICITE

Willy Schraen, le président de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC), a créé la polémique au début du mois de mai 2020, comme le rapporte le journal d’informations NordLittoral. Il a en effet déclaré que le chat était une bien plus grande menace pour la nature que les chasseurs.

 

Pour lui, nos félins sont même en train de détruire la biodiversité. Mais Willy Schraen va encore plus loin, en déclarant au site Chassons.com :

 

Le chat tue bien plus d’animaux que les chasseurs, c’est même pas à comparer. Il ramène une souris de temps en temps, des fois un rat, mais entre-temps il a ramené un petit lièvre, trois petits perdreaux, une petite poule d’eau… Ça n’arrête jamais et, ça, c’est le problème du chat. Je veux que la ruralité et la biodiversité se portent bien, et aujourd’hui dans cet équilibre on a un problème chat. Il y a trop de chats ! Il faut trouver une solution pour le chat, et effectivement, le piégeage du chat à plus de 300 mètres de toute habitation, ce serait une bonne chose.

 

Source : Pixabay

 

Il ajoute cependant que cette solution qu’il préconise sera très loin de faire l’unanimité :

 

Je ne le sens pas. On le voit bien. On est attaqués de toute part, on nous reproche la chasse, on nous reproche la corrida, on nous reproche les combats de coqs, on nous reproche plein de choses alors maintenant, si on piège les chats, je ne vous dis pas à quoi ça va ressembler…

 

Willy Schraen évoque en parallèle d’autres solutions. Il prend notamment exemple sur l’Australie, où les propriétaires de félins ont obligation de clôturer leur jardin. Le président de la FNC a également clarifié ses propres sur la chaîne BFMTV :

 

C’est juste de la capture, l’objectif, ce serait juste d’attraper les chats. On les appâte et ils rentrent dans une cage grillagée. Les mairies pourraient ensuite remettre les animaux pris à la fourrière ou la SPA. 

 

Source : Pixabay

 

Si les propos ont choqué, la situation décrite par Willy Schraen reste cependant réelle. En effet, les chats exercent une vraie prédation sur la faune sauvage. La Ligue de Protection des Oiseaux confirme :

 

Plus de 11 % des animaux accueillis en centres de sauvegarde LPO furent des animaux blessés par des chats : 84 % sont des oiseaux, 16 % des mammifères ou des reptiles.

 

L’association préconise donc de mieux sensibiliser les maîtres de félins à la question de la protection de la faune sauvage.

PUBLICITE