Le gouvernement néerlandais laisse mourir de faim des milliers d’animaux. Les internautes s’insurgent

ADVERTISING

La politique de "retour à la nature", mise en place par le gouvernement néerlandais, s'est soldée par un terrible échec selon plusieurs associations, après la mort de centaines d'animaux.

 

La réserve naturelle Ostvaardersplassen, créée en 1968 sur un polder et classée site Ramsar depuis 1989, est en proie à de sérieux problèmes depuis la réintroduction de grands herbivores, qui ont dévoré la végétation, entraînant une raréfaction des denrées.

 

Source : Utrecht Robin/Action Press/Rex Shutterstock

 

Plus de moitié des grands herbivores de la réserve – des cerfs élaphes, des chevaux konick et des aurochs de Hecks – ont dû être abattus, car ils mouraient tout simplement de faim. La population est ainsi passée de 5230 individus à 1850. 90 % des animaux ont été tués par balle, avant qu'ils ne succombent à la famine, comme l'indique un rapport officiel accablant.

 

La politique du gouvernement néerlandais a déclenché un vif élan de protestation au sein de citoyens, qui se sont même organisés, pour certains, en groupes afin de nourrir les animaux en leur lançant de la paille. La championne olympique Anky van Grunsven, ainsi que le célèbre magicien, Hans Klok, sont eux aussi montés au créneau pour dénoncer cette "maltraitance animale", tandis que les rangers et écologistes de la réserve ont reçu de nombreuses menaces de mort.

 

Source : Utrecht Robin/Action Press/Rex Shutterstock

 

Pour Patrick van Veen, biologiste à l'origine d'une pétition contre la réserve, Ostvaardersplassen est un échec cuisant.

 

On s'attendrait à ce que 20 à 30 % de la population meurent de causes naturelles, dont la famine, chaque année, mais la population grandit en été, et il n'y a aucun mécanisme de contrôle – normalement, on aurait des prédateurs, comme les loups, mais la zone est trop petite pour ça.

 

Des manifestations et des protestations sont organisées régulièrement. Aux yeux de la population, ce projet est "un projet d'élites", une "expérimentation secrète". Le public n'a en effet pas accès à la réserve, car les aurochs de Heck sont considérés comme dangereux.

 

Source : Joris van Gennip / Hollandse Hoogte/Eyevine

 

Pour une grande majorité des Néerlandais, la réserve est une fosse commune à ciel ouvert, où s'entassent les cadavres des animaux morts de faim, dont les carcasses sont normalement laissées aux charognards.

 

Source : Pierre Crom/Getty Images

 

Pour autant, il existe une autre facette d'Ostvaardersplassen, comme l'explique Han Olff, professeur d'écologie à l'université de Groningen.

 

Certains disent que l'écosystème est en train de mourir. D'autres, comme moi, disent que l'écosystème vient juste de naître.

 

Sa foi dans le projet n'a pas été douchée par le rapport des autorités néerlandaises. Pour lui, il s'agit simplement de laisser parler la nature.

 

Un petit groupe de gens s'agite énormément, surtout les propriétaires de chevaux. Ils empêchent leurs animaux d'avoir une vie de liberté, et le justifient en leur donnant trop de nourriture. Ici, les chevaux peuvent choisir leur partenaire, former des groupes sociaux, et parfois mourir, car dans le troupeau, ce sont eux, le maillon faible.

 

Source : Utrecht Robin/Action Press/REX Shutterstock

 

Les écologistes espèrent que le public, en cas d'ouverture de la réserve, puisse venir constater de lui-même la viabilité du projet.

 

Les gens disent que c'est un désert, qu'il y a surpâturage, mais ils ne voient pas la variabilité des paysages. Il faut qu'on autorise un bien meilleur accès aux pâtures et aux étangs, afin de raconter l'histoire de cet écosystème jeune et en plein développement.

 

Ostvaardersplassen est une zone unique en Europe, et Han Olff explique simplement que les espèces qui y meurent et disparaissent sont des espèces qui n'ont pas su s'adapter, et qui sont remplacées par d'autres, plus résistantes. Il ne s'agit pas de pertes, selon lui, mais d'un changement et d'une évolution qui laissent faire la nature.

 

Via : The Guardian

ADVERTISING