Le fondateur de « Vente-privée » monte au créneau pour défendre cette éléphante de cirque en pleine détresse

ADVERTISING

Le sort de l'éléphante Maya, âgée de 54 ans, continue de déchaîner les passions. Au mois d'octobre, la cour administrative de Bordeaux a annoncé que le pachyderme resterait au cirque de la Piste d'Or et a débouté l'association One Voice, qui demandait à ce que l'animal soit enfin mis à la retraite. Aujourd'hui, c'est au tour du fondateur de Vente-privée, Jacques-Antoine Granjon, de monter au créneau, en demandant le placement de Maya dans un sanctuaire, comme Elephant Haven, actuellement en construction dans le Limousin.

 

Source : One Voice

 

Du 24 au 26 novembre, Jacques-Antoine Granjon a décidé de faire afficher sur la façade de son entreprise une photo de Maya, le corps voûté, afin d'interpeller les automobilistes qui empruntent l'autoroute A1. Il explique au journal Le Parisien :

 

Très malade, elle est encore forcée de vivre sur les routes, dans un camion, et de participer aux spectacles de cirque. Des projets de sanctuaires existent pour accueillir les animaux.

 

 

Du côté de l'association One Voice, on ne peut qu'abonder en ce sens. Muriel Arnal, sa présidente, confirme les dires de Jacques-Antoine Granjon :

 

Sa maigreur fait peur à voir. Maya fait des grands gestes de trompe comme si elle encensait son enclos, un signe classique de dépression chez les pachydermes. De nombreuses plaies lui couvrent la tête et les épaules. Il y a urgence, elle est en danger de mort.

 

Source : One Voice

 

L'ONG se bat depuis longtemps pour tenter de faire libérer Maya, et se démène pour alerter les pouvoirs publics sur l'état sanitaire et psychologique catastrophique de l'animal. Le 12 octobre 2017, l'Ordre National des Vétérinaires avait d'ailleurs donné raison à l'organisation, en condamnant, par l'intermédiaire de son président, Jacques Guérin, les conditions de vie de Maya. Du côté du cirque de la Piste d'Or, on se défend bien évidemment de toute maltraitance. Ralph Falck, le dresseur de l'éléphante, réplique :

 

Maya dressée par mon grand-père, avait 15 ans quand je suis né, elle fait partie de ma famille ! Par ailleurs, des vétérinaires passent contrôler nos animaux quinze à vingt fois par an, ils n'ont rien trouvé à redire.

 

Source : One Voice

 

Toujours est-il que l'animal présente des signes de détresse typiques, que l'on retrouve régulièrement chez les animaux en captivité : balancement machinal du corps et de la trompe, léthargie, modifications des comportements naturels… One Voice réclame à nouveau la libération immédiate de Maya, dont la survie en dépend. L'association peut désormais compter sur Jacques-Antoine Granjon, qui a co-signé la lettre de revendication envoyée à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

 

À ma mesure, j’apporte tout mon soutien aux combats de One Voice, et en particulier celui pour des cirques sans animaux.

 

Pour agir contre les cirques qui utilisent des animaux sauvages, vous pouvez demander à votre maire d’interdire la venue de compagnies accompagnées d’animaux dans votre ville ou encore signer cette pétition lancée par la Fondation 30 Millions d’Amis.

 

Via : One Voice / Le Parisien

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING