Le commerce de l’ivoire définitivement interdit à Hong Kong

PUBLICITE

Dans les pas de la Chine en début d'année, Hong Kong a à son tour interdit la vente de l'ivoire sur son territoire, le 31 janvier 2018. Dans un vote historique, les députés de l'ancienne colonie britannique, plaque tournante du commerce de l'or blanc, ont répondu à l'appel des associations de défense des animaux.

 

L'interdiction sera progressivement mise en place, par étapes. Elle concernera d'abord les trophées de chasse acquis après 1975, puis ceux acquis avant 1975, avant de s'étendre à la totalité des stocks en 2021.

 

Source : Ecooper

 

Parallèlement, les sanctions pour les trafiquants seront plus sévères, jusqu'à une amende d'un million d'euros et dix ans d'emprisonnement.

 

Les associations, qui ont lutté pour faire passer la mesure, ont salué cet incroyable pas de géant dans la protection des éléphants. Alex Hofford, membre de l'organisation WildAid , a même parlé d'"un grand moment dans l'histoire de la conservation des éléphants".

 

Source : Thomas Mukoya

 

Certains ont cependant déploré le délai de mise en place de l'interdiction, le jugeant inutilement long. Ce geste en faveur des éléphants doit également être suivi par les autorités hongkongaises, pour que la mesure soit pleinement efficace.

 

Hong Kong, plaque tournante du commerce de l'ivoire

Hong Kong est historiquement un des plus gros centres du commerce de l'or blanc, après le Kenya et la Tanzanie, et est d'ailleurs renommé pour son savoir-faire en matière de sculptures sur ivoire.

 

Après 1989 et l'interdiction de la vente d'ivoire au niveau mondial par la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES), Hong Kong a continué à autoriser la vente d'objets en ivoire, issus des stocks officiels antérieurs à 1989.

 

Source : Getty Images

 

À ce titre, les associations dénonçaient d'ailleurs cette faille dans le système, qui, selon elles, permettaient aux marchands chinois de poursuivre leur activité en toute impunité, au détriment de la survie des éléphants.

 

Si les ONG ont bien évidemment salué la décision des députés hongkongais, elles craignent cependant de voir se développer un marché de contrebande.

 

Une course contre la montre

Les éléphants, qui se comptaient par millions au début du XXe siècle, ne sont désormais plus que 470 000 aujourd'hui, à l'échelle de la planète.

 

L'éléphant de savane et l'éléphant des forêts, sur le continent africain, sont tous les deux classés comme vulnérables par l'Union internationale pour la conservation de la nature. L'éléphant d'Asie est quant à lui en danger. L'éléphant des forêts est cependant menacé d'extinction d'ici 2025, si rien n'est fait pour le sauver.

 

Source : Ben Curtis

 

L'association Save The Elephants estime qu'entre 2010 et 2012, ce sont près de 100 000 éléphants qui ont perdu la vie, victimes du braconnage.

 

Des programmes de protection existent dans les pays concernés, mais malheureusement, les braconniers ne reculent devant rien pour mettre la main sur les défenses des pachydermes. Il n'est pas rare que des gardes ou des rangers soient abattus en tentant de défendre les animaux.

 

PUBLICITE