Le chat, bientôt « espèce nuisible » ?

PUBLICITE

Alors que l’Assemblée Nationale doit se pencher jeudi 8 octobre 2020 sur une proposition de loi concernant le bien-être animal, un amendement avait très vite déclenché la colère des associations de défense des animaux, comme le rapporte le journal La Dépêche.

 

La Fondation Brigitte Bardot a pris la parole pour Twitter pour dénoncer cet amendement qui faisait du chat une « espèce nuisible ». Cet amendement a été proposé par François-Michel Lambert (député Europe Écologie Les Verts des Bouches-du-Rhône), Frédérique Dumas (députée des Hauts-de-Seine) et Martine Wonner (députée du Bas-Rhin). On pouvait lire ainsi :

 

Le chat est un animal prédateur qui participe largement à la diminution significative de certaines espèces, parfois protégées, sur le territoire français : oiseaux, petits mammifères, lézards… Pour lutter contre la disparition de celle-ci, le chat doit figurer parmi les espèces d’animaux susceptibles d’être classées nuisibles.

 

 

Heureusement, cet amendement a été tué dans l’œuf par l’Assemblée Nationale, qui l’a jugé irrecevable le 7 octobre 2020. Frédérique Dumas et Martine Wonner ont par ailleurs annoncé avoir retiré leur signature suite à la polémique, contrairement à François-Michel Lambert. Si la proposition des députés avait été acceptée, les maires des communes françaises auraient pu organiser des battues pour éliminer les chats évoluant à l’extérieur, errants ou pas.

 

Même si l’amendement a finalement été repoussé, il n’est pas sans rappeler la sortie polémique de Willy Schraen, le président de la Fédération Nationale des Chasseurs, qui, au début de l’année, proposait de justement classer le chat comme une espèce nuisible, arguent qu’il faisait plus de dégâts sur la faune que les chasseurs eux-mêmes. À l’époque, cette sortie avait déjà provoqué de vives protestations. Willy Schraen avait même été menacé de mort sur les réseaux sociaux.

 

PUBLICITE