Le broyage des poussins peut-il toucher à sa fin grâce à la science ?

ADVERTISING

L'entreprise allemand Seleggt, a mis au point, en 2018, une technique révolutionnaire dans l'industrie des œufs : pouvoir déterminer avant éclosion si un poussin sera mâle ou femelle, comme le rapporte le site d'informations 20 Minutes.

 

Aujourd'hui, seuls les poussins femelles sont conservés par l'industrie des œufs. Les mâles, inutiles et non rentables, sont systématiquement broyés à la naissance, un procédé révoltant très souvent pointé du doigt par les associations de défense des animaux. En France, ce sont près de 50 millions de poussins qui perdent ainsi la vie chaque année.

 

Source : AFP

 

La méthode de Seleggt consiste à mettre en évidence le sexe du poussin entre le septième et dixième jour, en analysant le liquide contenu dans l'œuf après avoir percé la coquille de ce dernier. En fonction des hormones contenues dans le liquide, les scientifiques peuvent ainsi déterminer le sexe du poussin.

 

Les œufs contenant de futurs poussins mâles sont détruits avant éclosion, évitant ainsi à l'animal d'être supprimé à la naissance. La technique mise au point par Seleggt a été saluée par les différentes organisations, comme L214 ou l'ONG CIWF, qui fait savoir par l'intermédiaire d'Agathe Ginoux, chargée d’affaires publiques :

 

On a décerné à cette entreprise un trophée pour le développement de cette technique, l’année dernière. C’est une méthode qui permettrait d’éviter l’élimination des poussins mâles. Le délai est de moins de neuf jours d’incubation, ce qui est compatible avec le fait d’éviter toute douleur au fœtus. 

 

Source : L214

 

Brigitte Gothière ne pense pas pour autant que l'élimination de poussins à la naissance disparaîtra :

 

Il y aura toujours des animaux chétifs, mal en point, considérés comme inutiles par l’industrie et qui seront du coup éliminés. […] Est-ce qu’on ne peut pas imaginer une société qui considère les animaux comme des cohabitants et pas comme des ressources à disposition, qu’on va transformer, modifier, comme on a besoin ou envie ?

 

Une approche similaire devrait voir le jour en France d'ici 2024, grâce à l'entreprise Tronico. Patrick Collet, le directeur général de Tronico, explique :

 

Nous, on cherche à sexer (trier) beaucoup plus tôt, avant sept jours, et on n'est pas sur une technologie invasive.

 

Source : Animal Equality

 

Un projet à nouveau soutenu par CIWF, même si l'ONG souhaite des progrès plus rapides et un engagement politique fort :

 

On souhaiterait aussi que le ministre [Didier Guillaume] s’engage à interdire l’élimination systématique des poussins mâles. S’il y a un engagement politique fort, cela va pousser l’investissement à aller dans cette direction et cela va favoriser la recherche pour y arriver. Surtout maintenant que des techniques existent.

ADVERTISING

1 Comment