La mort « suspecte » d’un lion dans un zoo britannique soulève de nombreux questionnements

PUBLICITE

Une enquête est actuellement en cours afin de lever le voile sur la mort mystérieuse d'un lion d'un zoo britannique, après que celui-ci a été empoisonné au barbiturique. Le poison en question aurait été décelé dans la viande donnée en repas à l'animal.

 

Appelé Nero, ce lion d'Afrique qui vivait au South Lakes Safari Zoo du comté de Cumbria, est décédé en juillet dernier. Mais de nouveaux détails sur les circonstances de sa mort ont été dévoilés grâce à un documentaire tourné par la BBC intitulé Trouble at the Zoo (comprenez, "Des ennuis au zoo") et diffusé l'an dernier.

 

Source : Facebook. South Lakes Safari Zoo

 

Karen Brewer, directrice générale du zoo, a confirmé que Nero avait perdu connaissance à la suite d'un empoissement aux barbituriques, et qu'il avait passé quatre jours en soins intensifs avant de perdre la vie. Toutefois, la cause exacte de son décès reste encore à déterminer.

 

Ce n'est pas la première fois que le zoo est sous le feu des critiques. En 2013, Sarah McClay, une gardienne d'animaux âgée de 24 ans avait été mutilée par un tigre au moment du repas de l'animal, et avait succombé à ses blessures.

 

Le zoo a par la suite continué de faire parler de lui après qu'il eut été révélé qu'entre 2013 et 2016, presque 500 animaux étaient morts dans leurs locaux. Parmi eux, deux bébés panthères des neiges retrouvés partiellement dévorés dans leur enclos, ainsi qu'un jaguar qui avait grignoté ses propres pattes.

 

Un kangourou décharné au South Lakes Safari Zoo Source : Sky News

 

Un porte-parole de la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA), l'organisme britannique de lutte contre la cruauté animale, a déclaré au journal The Independent :

 

Nous sommes très préoccupés par ces nouvelles révélations concernant la mort tragique de Nero, le lion. Et en conséquence, nous allons approfondir l'enquête.

 

Malgré une nouvelle gestion de l'établissement et des améliorations du bien-être des animaux, la RSPCA continue de se dire inquiète quant aux conditions de vie dans ce zoo.

 

Karen Brewer a déclaré à The Independent que le zoo était "très attristé" par la mort soudaine de Nero, avant d'ajouter :

 

Même si nous ne pouvons pas établir avec certitude les causes de cette contamination, il est primordial de nous assurer que cela ne se reproduise pas. Les barbituriques peuvent seulement être administrés par un vétérinaire, et ils ont pu venir de la réserve de nourriture de Nero. Nous sommes actuellement sous contrat avec un fournisseur de viande qui garantit que la viande n'a pas reçu de soins vétérinaires de quelque nature.

 

Elle a également déclaré que "les circonstances suspectes de la mort tragique de Nero méritent bien une enquête criminelle", et que si la police n'était pas déjà impliquée, celle-ci demanderait aux producteurs du documentaire de lui fournir toutes les preuves qu'ils pourraient détenir.

 

Nero, le lion. Source : The Sun

 

Les polémiques qui entourent le zoo de Cumbria ont également eu des conséquences sur son directeur Dave Gill, qui a perdu son droit à gérer l'établissement.

 

Toutefois, et malgré les inquiétudes de la Captive Animals' Protection Society (CAPS) qui le considère comme le pire zoo qu'elle ait jamais vu, l'établissement a depuis reçu une nouvelle autorisation qui lui permet de continuer à accueillir des animaux et des visiteurs.

 

Si vous souhaitez soutenir la CAPS dans sa lutte pour mettre fin à la captivité, vous pouvez faire un don en cliquant ici.

 

En France, l’association Code animal milite pour l’abolition des zoos et de toute forme de captivité animale. Elle a publié un « carnet noir des zoos » qui répertorie tous les parcs où des « événements marquants touchant les animaux » ont eu lieu, comme des vols, des décès anormaux ou des accidents.

 

Pour consulter le carnet noir des zoos, cliquez ici.

PUBLICITE