La biodiversité française en danger plus que jamais

ADVERTISING

Un rapport sur l'état de la biodiversité en France, publié au début de l'année 2019, tire la sonnette d'alarme en annonçant qu'un très grand nombre d'espèces, autant chez les animaux que les plantes, sont désormais menacées de disparition dans l'Hexagone, comme le rapporte le site de la Fondation 30 Millions d'Amis.

 

Source : Ma Planète

 

Les chiffres établis par le commissariat général au développement durable (CGDD) laissent en effet présager un avenir bien sombre :

 

26 % des 5073 espèces évaluées présentent aujourd’hui un risque de disparition au niveau français. Ce risque est nettement plus élevé dans les Outre-mer (40 %) par rapport à la métropole (22 %).

 

Toujours selon le CGDD, il serait déjà trop tard pour 3 % des espèces historiquement présentes sur l'ensemble du territoire et qui ont été définitivement rayées de la carte. 4 % sont en danger, et 6 % en danger critique.

 

Source : Pixabay

 

Le rapport s'inscrit dans la droite ligne de celui déjà publié le 16 novembre 2017 par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature : selon les chiffres, une espèce de mammifères sur trois était menacée de disparition à l'époque en France. Les populations de chauves-souris Noctule Commune ont accusé une baisse de 51 % de leurs effectifs en l'espace de 12 ans.

 

Source : Julien Steinmetz

 

Pourquoi une telle catastrophe ? Les raisons sont simples et évidentes à la fois : la destruction de leur habitat naturel par l'homme, la pollution, le réchauffement climatique qui met en péril les récifs de coraux, sont autant de facteurs qui participent à la réduction drastique des espèces. Si rien n'est fait au niveau gouvernemental, la catastrophe annoncée sera inévitable.

 

Source : Futura Sciences

 

Quelques lueurs d'espoir apparaissent cependant au sein du rapport du CGDD, qui met en lumière un élargissement du territoire des grands prédateurs, réintroduits après leur disparition il y a quelques années. Les politiques de conservation mises en place par les autorités ont donc porté leurs fruits : le loup couvrait 0,9 % du territoire français en 1989. En 2017, on le retrouve sur 3,7 %.

 

Pour autant, la conservation de la biodiversité demande une attention à l'ensemble des espèces. Sans réaction efficace de la part des autorités, la faune et la flore françaises subiront des pertes irrémédiables.

ADVERTISING