L214 porte plainte contre l’État

PUBLICITE

L’association L214 a décidé de frapper un grand coup en s’attaquant directement à l’État dans le cadre de la production de foie gras dans l’Hexagone, comme le rapporte le journal Le Nouvel Obs. Le 24 novembre, Sébastien Arsac, le fondateur de l’organisation, a en effet remis au tribunal administratif de Bordeaux une requête de 78 pages pour dénoncer les souffrances endurées dans les élevages par les oies et les canards gavés pour fabriquer du foie gras.

 

Le document revient sur les méthodes de sélection des animaux. Il rappelle que les canes, dont le foie est plus petit et donc moins avantageux à terme, sont broyées à la naissance. Les chiffres font froid dans le dos : 16 millions de canetons femelles sont ainsi tués chaque année en France. Mais le destin des mâles n’est pas plus radieux. Les oiseaux, après une période de croissance, sont gavés durant environ deux semaines avant d’être abattus.

 

Source : AFP

 

Le rapport dénonce la souffrance engendrée par l’ensemble du processus sur les animaux. Un tube métallique est enfoncé jusqu’au jabot afin de leur faire avaler de force de la bouillie de maïs. Le document explique :

 

[…] Risque de lésions de l’œsophage ou d’éclatement du jabot blessé par le tube métallique rigide, défaillance du foie bien sûr, stress, diarrhées, difficultés respiratoires. Les oiseaux en général, et les canards et les oies en particulier, ont des récepteurs de la douleur qui rendent pénibles les blessures lors de l’insertion du tube. Par ailleurs, le développement volontaire d’une pathologie pour obtenir un foie hypertrophié entraîne un déplacement des organes de l’animal et notamment de ses pattes, ce qui rend très difficile ses mouvements.

 

Pour L214, tout n’est que torture pour les canards et les oies. Nedim Buyukmihci, professeur de médecine vétérinaire à l’Université de Californie, a appuyé les propos en expliquant que « les oiseaux utilisés dans cette industrie sont soumis à des conditions extrêmement cruelles et souffrent énormément ». Face à cette situation, l’association a donc décidé de porter plainte contre l’État pour violation de ses obligations vis-à-vis de plusieurs dispositions européennes sur le bien-être animal.

 

Source : Wikimédia

 

L’organisation dénonce aussi l’utilisation de l’argent public pour la promotion d’une publicité ventant les mérites du foie gras et soutenue par FranceAgriMer, organisme qui reçoit les aides européennes et nationales.

PUBLICITE