L214 : enquête sur l’enfer des poules pondeuses

PUBLICITE

L’association L214 a de nouveau frappé un grand coup en diffusant des images tournées dans un élevage de poules pondeuses situé dans l’Oise, comme le rapporte la Fondation 30 Millions d’Amis. L’association de défense des animaux y dévoile l’enfer des poules élevées en batterie et entassées les unes sur les autres.

 

L’élevage, le domaine domaine du Mesnil Saint Martin, abrite un peu plus de 200 000 volailles. Celles-ci vivent dans l’obscurité, dans des hangars qu’elles ne quittent jamais. Leurs cages, étriquées, ne sont pour certaines pas aux normes selon L214. Il manquerait en effet une zone pour permettre aux poules de s’isoler pour poudre. Les conditions de vie sont déplorables : toiles d’araignées, souris mortes, œufs éventrés dévorés par les parasites…

 

 

L’élevage fournit les grandes surfaces et les supermarchés, et jouit même du label « Terroirs de Picardie ». Les dirigeants assurent respecter les normes :

 

Nous sommes régulièrement contrôlés par la DDPP (Direction départementale de la protection des populations), ce qui vous assure une qualité sanitaire reconnue sur nos produits. Nous avons à cœur de produire à la ferme […] des œufs […] dans le respect de la nature et des animaux.

 

L214, face à la réalité, a décidé de déposer plainte en demandant la fermeture immédiate de l’élevage.  Sébastien Arsac, cofondateur et porte-parole de l’association, explique :

 

Une grande partie de l’industrie agroalimentaire a pris sa part de responsabilité en s’engageant à ne plus utiliser les œufs en batterie. C’est maintenant au législateur d’envoyer ce mode de production au musée des horreurs. Nous appelons le gouvernement français à planifier la fin de l’élevage en cage, comme s’y était engagé Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle en 2017. 

PUBLICITE