JO de Rio : en larmes, elle quitte la compétition au dernier moment pour préserver son cheval

ADVERTISING

Si Adeline Cornelissen, une cavalière néerlandaise, n'a pas remporté de médaille aux Jeux Olympiques de Rio qui se déroulent actuellement, elle a incontestablement gagné la médaille d'or du coeur…

 

parzival-olympics-horse-1Source: @AdelindeCornelissen/ Facebook

 

Adeline Cornelissen – et son cheval Parzival – figurait pourtant parmi les favorites pour les épreuves de dressage : médaillée d'argent en individuel et médaille de bronze par équipe aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, elle est l’une des cavalières les plus connues et les plus titrées de sa discipline.

 

Malheureusement pour le talentueux duo, les choses ne se sont pas passées comme prévu à Rio : peu de temps après leur arrivée au village olympique, le cheval se fait piquer au niveau de la tête par un insecte toxique, lui causant de gonfler et d'avoir un intense pic de fièvre.

 

 

Les docteurs lui prescrivent immédiatement des fluides visant à faire baisser sa température, tandis qu'Adeline Cornelissen, inquiète, surveille de près l'évolution de son état. Elle raconte dans une publication sur sa page Facebook :

 

J'ai dormi avec lui dans l'écurie, j'ai vérifié son état toutes les heures. Je n'ai pas dormi… Mais je n'allais pas le laisser seul !  

 

parzival-olympics-horse-2Source: @AdelindeCornelissen/ Facebook

 

Parzival semble cependant se remettre rapidement ; les vétérinaires affirment qu'il sera apte à concourir. Mais Adeline est sceptique… Le jour J, peu avant le début de la compétition, elle sent qu'il n'est pas au top de sa forme :

 

Il allait bien, mais je le ne sentais pas très énergique… Quand nous sommes entrés en piste, j'ai senti qu'il donnait tout ce qu'il avait, car c'est un battant, il n'abandonne jamais. 

 

Pendant l'épreuve, le cheval a la langue qui pend et salive abondamment… C'est alors que sa cavalière prend la difficile  décision de quitter l'arène, en larmes, faisant ainsi une croix sur la compétition. Sa priorité, comme elle l'expliquera peu après, était de préserver son fidèle compagnon, à qui elle doit son prestigieux palmarès.

 

Si les Jeux de Rio – qui étaient les derniers de la longue carrière de son cheval – auront à jamais un goût amer pour Adeline Cornelissen, elle aura au moins eu le noble mérite d'avoir tout fait pour privilégier son partenaire de toujours et préserver la santé de ce dernier. Nous souhaitons à Parzival un prompt rétablissement.

 

Image de couverture : @AdelindeCornelissen/ Facebook

ADVERTISING