Isère : vol de bébés cochons

ADVERTISING

Cinq petits cochons, qui venaient à peine de naître, ont été dérobés dans la nuit du 2 au 3 avril 2021 à Penol, en Isère, comme le rapporte le site d’informations France 3. Très vite, les propriétaires des animaux, Alexandra et Raphaël, qui possèdent la ferme Piery, donnent l’alerte. Ils s’insurgent :

 

C’est plus que de la malveillance, c’est de la maltraitance, les petits ne pouvaient pas survivre sans leur mère, comment peut-on voler de si jeunes animaux ? C’est incompréhensible! Il ne faut pas avoir de conscience !

 

Trois cochons ont été retrouvés quelques jours plus tard, mais hélas, deux d’entre eux avaient succombé. Alexandra explique :

 

On les a peut-être abandonnés là parce que l’on a aussitôt sur Facebook samedi donné leur signalement et appelé à l’aide ceux qui pouvaient les reconnaître.

 

Source : Ferme Piery

 

En effet, ce sont deux jeunes hommes qui, reconnaissant les animaux, ont donné l’alerte. Le père d’un d’entre eux confie :

 

Mon fils, avec un de ses amis, ont découvert sur un chemin à Renage, vers l’ancienne SPA, deux petits cochons morts et un troisième encore vivant blotti contre ses frères. Quand je suis arrivé le petit était bien froid, on l’a réchauffé et mis au chaud.

 

Le petit rescapé a retrouvé la ferme, mais deux bébés sont toujours portés disparus. Alexandra poursuit :

 

Les mères truies, qui sont très protectrices avec leurs petits-on ne s’imagine pas toujours à quel point- étaient devenues agressives, et l’on pense qu’elles-mêmes ont sans doute subi des violences, en tout cas une agression, lors du vol… On arrivait pas à rentrer dans les boxes, et on ne savait pas si elle n’allait pas rejeter le petit retrouvé car l’odeur est importante, et là non plus on ne sait ce qui lui est arrivé, s’il a été maltraité, s’il a eu à manger. Mais ce matin, les choses ont l’air de rentrer dans l’ordre, ils se sont retrouvés.

 

Alexandra et Raphaël ont décidé de porter plainte auprès de la gendarmerie de la Côte-Saint-André, et une enquête a été ouverte. Raphaël ne décolère pas :

 

[Ce] n’est que de la cruauté imbécile et lâche. Nous, nos bêtes, on prend soin d’elles, elles ont de l’espace, des litières d’herbe et de foin, du grand air et de la place.

 

Le couple envisage désormais de sécuriser l’accès à sa ferme, mais ces aménagements ont un coût qu’ils n’avaient pas prévus. Une cagnotte a été lancée pour les aider à les financer.

ADVERTISING