Il tue un chaton dans une machine à laver pour se venger de son ex petite-amie

machine à laver chat russie
ADVERTISING

Au début du mois de janvier 2018, en Russie, un homme a été interpellé par la police et reconnu coupable pour "cruauté envers un animal", après avoir tué le chat de sa petite amie en le mettant dans la machine à laver à la suite d'une dispute.

 

Ivan Vasiliev, âgé de 37 ans, qui avait déjà été incarcéré pour meurtre et vol, a tout d'abord nié les faits.

 

cat washing machineSource : east2west news

 

Ce n'est que plus tard, qu'il avouera avoir tué l'animal, appelé Ryzhik, en le mettant dans la machine à laver après avoir bu quatre bouteilles de vodka.

 

Selon The Daily Mail, dans une tentative désespérée pour faire revenir sa compagne (qui a préféré garder l'anonymat), Ivan Vasiliev lui a ensuite envoyé une vidéo, lui montrant le chat dans la machine en marche.

 

Par miracle, le chat est sorti vivant de ce premier cycle, non sans de nombreuses blessures. Mais l'homme l'a ensuite remis à l'intérieur, pour lancer un cycle de 30 minutes à 800 tours par minute. Cette fois-ci, le chat ne s'en est pas sorti.

 

Source : east2west news

 

Tout en torturant l'animal, l'homme a envoyé à sa petite-amie des messages l'implorant de rentrer à la maison, accompagnés de vidéos lui montrant ce que son chat était en train de subir.

 

La jeune femme est alors rentrée chez elle, dans leur maison située dans la ville de Ukhta, dans le nord du pays, accompagnée d'officiers de police.

 

Ivan Vasiliev a reçu l'ordre de ne pas quitter la ville pendant un an, l'accès à certains lieux publics lui a été interdit, et il doit à présent respecter un couvre-feu.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

ADVERTISING