Il pend son chien à un poteau en plein centre ville et écope d’un mois de prison ferme

PUBLICITE

L'affaire a suscité une vive émotion à Nîmes. Le 1er février dernier au matin, les éboueurs de la ville ont découvert un chien pendu à un poteau, en plein centre-ville, dans le quartier du Puech du Teil.

 

Deux mois plus tard, le 26 avril, le propriétaire de l'animal, un jeune homme de 28 ans, a été condamné à six mois de prison dont cinq avec sursis par le tribunal correctionnel de Nîmes pour sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique.

 

(Attention, certaines images sont difficiles.)

 

nimes-chien-pendu-poteau-condamantion-1

 

"Je ne savais plus quoi faire avec lui"

Le  chien, un Pitbull mâle de 27 kilos couleur fauve, lui avait été donné en échange d'une petite réparation effectuée sur une voiture. Lors de l'audience, le jeune homme a expliqué que le chien avait commencé à se montrer agressif.

 

"Je ne savais plus quoi faire avec lui, j'avais le chien depuis 15 jours, on me l'avait donné, échangé, car j'avais réparé les freins, les plaquettes d'une voiture", s'est-il ainsi justifié.

 

nimes-chien-pendu-poteau-condamantion-19Source : Les Rues de Nîmes

 

"La solution de l'horreur"

Face à ces déclarations, Camille Alliez, avocate pour l'association Fondation des animaux qui s'était portée partie civile, a dénoncé le choix "de l'horreur" :

 

Vous aviez d'autres solutions pour vous débarrasser de votre animal. Vous auriez pu le donner, ou vous rendre dans une association de protection animale. Mais non, vous avez choisi la solution de l'horreur.

 

La cruauté du geste avait indigné les habitants du quartier et poussé plusieurs associations de protection animale à se mobiliser. Le coupable a été retrouvé grâce à des recherches ADN et son casier judiciaire comportait déjà plusieurs mentions.

 

Le tribunal correctionnel de Nîmes, qui jugeait le jeune homme en comparution immédiate, a assorti la peine de prison d'une mise à l'épreuve de deux ans, d'une interdiction de détenir un animal de compagnie et d'une obligation de soigner son problème de violence.

 

nimes-chien-pendu-poteau-condamantion-29

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

PUBLICITE