Il jette son chat du balcon au deuxième étage. La justice le rattrape

ADVERTISING

Le 26 avril 2018, un homme a jeté l'un de ses chats par la fenêtre de son appartement du deuxième étage à Roubaix, dans le nord de la France. L'animal est mort rapidement des suites de ses blessures.

 

Le chat était un chat de gouttière et vivait avec ses maîtres et plusieurs autres chats, dont certains de race. Ce jour-là, les chats se battent et leur maître ne parvient pas à les séparer, notamment le chat de gouttière et un chat Persan.

 

chat de gouttièreSource : Reddit

 

L'homme tente dans un premier temps d'enfermer son animal de compagnie dans la salle de bain, puis le déplace sur le balcon. Malgré tout, le chat ne cesse de se montrer énervé et semble vouloir continuer à attaquer le Persan, un "beau chat qui a une grande valeur" selon son maître.

 

L'homme exprime son agacement face à la situation à sa compagne, qui lui propose une solution radicale, comme le rapporte le journal La Voix du Nord :

 

J’en ai eu marre. Ma compagne m’a dit «jette le» alors je l’ai jeté.

 

Le chat n'a pas survécu à sa chute depuis le balcon du deuxième étage et son maître a été jugé en comparution immédiate. Ce n'est pas la première fois qu'il comparait devant la justice puisque la mort de son chat s'ajoute à 32 autres mentions sur son casier judiciaire.

 

L'homme a exprimé des regrets :

 

J’ai pété un plomb mais maintenant je suis très triste.

 

Cependant, pour la procureure, "de telles pulsions de violence" sont inquiétantes. Six mois d'emprisonnement ont été demandés par la procureure, l'homme a été condamné à un mois de prison ferme, auxquels s'ajoutent quatre mois de sursis d'une condamnation précédente.

 

Sa compagne a été mise hors de cause et ne sera pas jugée.

 

En décembre dernier, une septuagénaire avait été condamnée à 1000€ d'amende pour avoir jeté son chat depuis le quatrième étage, près de Strasbourg.

 

La peine maximale prévue par le Code Pénal pour un acte de cruauté envers un animal domestiques ou protégé est de 2 ans de prison ferme et 30 000€ d'amende.

ADVERTISING