Il frappe sa chienne, l’étrangle puis la traîne derrière lui en vélo. Il est condamné

ADVERTISING

Un Nantais de 60 ans a été jugé au début du mois de février pour avoir frappé à plusieurs reprises puis avoir étranglé sa chienne Épagneul nain Teky, âgée de 13 mois, avant de la traîner derrière lui en vélo en pleine rue. Les faits se sont déroulés l'année dernière, sur l'île de Nantes.

 

D'abord placé en garde à vue, il avait ensuite été relâché en attente de son procès. Teky, quant à elle, lui avait été retirée avant d'être confiée à un vétérinaire. L'animal avait eu le bassin fracturé. Elle avait par la suite été placée dans une famille d'accueil.

 

Lors de son procès, l'homme a tenté de se défendre, en précisant que les coupes n'étaient "pas appuyés" ; d'après lui, il cherchait simplement à "asseoir son autorité" sur Teky.

 

Source : The Dogist

 

Il a finalement été condamné à deux mois de prison avec sursis et à une interdiction de posséder un animal pendant cinq ans. Il devra également verser une amende de 1000 euros à l'association One Voice et à la SPA, parties civiles au procès.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

Via : 20 Minutes/Ouest France

ADVERTISING