Il est accusé d’avoir « cravaché » son cheval à mort. Une enquête est ouverte

PUBLICITE

Le parquet de Grasse a confirmé l'ouverture d'une enquête suite au décès d'un cheval de compétition baptisé Flogas Sunset le 10 octobre dernier. La scène s'est déroulée sur l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer dans le sud-est de la France, lors du festival hippique GPA Jump Festival.

 

Après une vingtaine de minutes passées à s'entraîner sur la piste de galop, le cheval de saut d'obstacles âgé de 10 ans s'est effondré brutalement.

 

kevin-thornton-cheval-accusations-maltraitance-4Source : GPA Jump Festival

 

Très vite, des témoins accusent Kevin Thornton, le cavalier d'origine irlandaise, d'avoir frappé son cheval pour le pousser à bout, jusqu'à la mort. Selon l'édition belge du site 20 Minutes,  qui rapporte les témoignages, "il (le cavalier, Ndlr) a fait galoper son cheval pendant longtemps à coups de cravache jusqu'à ce qu'il meure d'épuisement."

 

Beaucoup de vives réactions, que nous comprenons et que nous partageons.
Pour information, le cavalier concerné vient d'…

Posted by GPA Jump Festival on Monday, October 10, 2016

 

Le cavalier exclu de la compétition

Toujours selon les informations de 20 Minutes, le cavalier serait connu pour son style ferme avec ses chevaux. Marie-Carol Feigenspan, porte-parole du concours hippique, explique :

 

On n'était pas au courant qu'il était violent avec ses animaux. On l'a appris quand les langues se sont déliées. On n'a reçu aucun avertissement des différentes fédérations. C'est un choc terrible.

 

kevin-thornton-cheval-accusations-maltraitance-2Source : GPA Jump Festival

 

Kevin Thornton, le cavalier de 28 ans sous le feu des critiques, a été exclu de la compétition par les organisateurs. "Le respect animal est une de nos priorités et nous nous engageons à la faire respecter", ont-il ajouté dans un message publié sur Facebook.

 

Une enquête a par ailleurs rapidement été ouverte. "On a d'office ouvert une enquête pour maltraitance à animal au vu des informations diffusées par voie médiatique et sur les réseaux sociaux", a précisé le procureur adjoint de Grasse, Alain Guimbard.

 

kevin-thornton-cheval-accusations-maltraitance-3Source : GPA Jump Festival

 

"Je ne suis pas ce genre de personne"

Alors que de nombreux soutiens récusent les accusations sur les réseaux sociaux et crient à la diffamation, Kévin Thornton s'est défendu dans un entretien accordé au site spécialisé The Irish Field. Il explique :

 

Je ne suis pas ce genre de personne. Jamais je ne cravacherais un cheval à mort.

 

kevin-thornton-cheval-accusations-maltraitance-7Source : The Irish Field

 

Cependant, le cavalier a tout de même reconnu avoir dû "réveiller [son cheval] une fois ou deux" :

 

C'était la première fois que j'étais un peu dur et il a réagi brusquement en faisant quelques écarts. J'ai essayé de le contenir et de rester calme […] Il était très nerveux et je me suis dirigé vers mon groom qui m'attendait avec un stick de dressage -je le monte toujours avec un stick de dressage à la maison. Il a presque sauté sur le groom.

 

kevin-thornton-cheval-accusations-maltraitance-1Source : Kevin Thornton

 

Les associations de protection animale dénoncent depuis de nombreuses années l'horreur des coulisses des compétitions hippiques. Un article du New-York Times publié en 2012 estimait ainsi qu'une vingtaine de chevaux mourraient sur les hippodromes américains chaque semaine, notamment à cause de surdoses de médicaments supposés décupler les performances des animaux.

 

Les affaires de cruauté à l'égard des chevaux sont également monnaie courante. Une enquête de l'association Peta (Pour un traitement éthique des animaux) datant de 2014 s'en prenait ainsi à de célèbres cavaliers américains, les accusant – entre autres - de brutaliser leurs animaux avec des chocs électriques.

 

Dans le cas de Flogas Sunset décédé la semaine dernière, l'autopsie révélera prochainement si ce dernier a succombé aux coups du jokey ou s'il s'agit d'une rupture d'anévrisme.

 

Image de couverture : Kevin Thornton

PUBLICITE