Il égorge son Berger Malinois et le jette dans un local poubelle

berger malinois égorgé
ADVERTISING

Ce vendredi 9 mars 2018, les habitants d'une résidence de Seraincourt, dans le Val-d'Oise, ont vécu une scène d'horreur, après que l'un de leurs voisins a égorgé son chien, un Berger Malinois, avant de le jeter dans un local poubelle. Une procédure a été ouverte pour acte de cruauté envers un animal.

 

berger malinois égorgéSource : Le Parisien – Julie Ménard

 

Les faits se sont déroulés dans la soirée de vendredi, dans la rue Montcient, aux alentours de 19h30. Mireille, une voisine de l'accusé, a entendu le chien pleurer dans l'appartement d'à côté pendant un long moment, puis c'était le silence total.

 

Il a l'habitude de le battre mais là, j'ai trouvé ça bizarre. Je l'ai entendu sortir et quand il est remonté, j'ai ouvert ma porte. C'est là que j'ai vu les traînées de sang dans le couloir qui mène à son appartement.

 

Mireille a immédiatement été chercher un autre voisin qui a contacté les gendarmes. L'homme, qui a préféré garder l'anonymat, s'est confié à Le Parisien :

 

C’est un psychopathe, on a que des problèmes avec lui depuis qu’il est arrivé il y a deux ans. Il boit et se drogue tout le temps aux médicaments, ce qui le rend très agressif. Il a déjà menacé des enfants de mort, certains ont même déménagé tellement ils avaient peur.

 

Une fois arrivés sur les lieux, les gendarmes ont tenté d'interpeller le suspect à son domicile, mais l'homme a refusé de leur ouvrir. Ils ont donc dû pénétrer de force à l'intérieur de l'appartement, pour découvrir l'homme, le couteau entre les mains et encore maculé de sang. Un autre témoin de la scène raconte :

 

Il s’est acharné parce que la lame était toute tordue.

 

 berger malinois égorgéImage d'illustration d'un berger malinois : ARDEA/MARY EVANS/SIPA

 

L'homme, qui semblait sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants, a dû être escorté hors de chez lui par les pompiers. Mireille décrit la scène :

 

Il se débattait violemment, les gendarmes ont dû le forcer à monter dans le véhicule des pompiers.

 

Pour l'heure, l'individu accusé de cruauté animale fait toujours l'objet de soins, car son état ne lui permet pas d'être entendu. Il est donc toujours sous surveillance médicale.

 

Le corps de l'animal, retrouvé dans un local poubelle devant la résidence, a été retiré par les services compétents ce dimanche. Quant aux habitants, qui qualifient l'individu de "psychopathe", ils craignent le retour de leur voisin qui lui, risque l'expulsion.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

ADVERTISING