Il a tout quitté et est devenu SDF pour suivre ce puma avec qui il a noué une relation fusionnelle

PUBLICITE

Jack Muller se bat depuis trois ans pour pouvoir vivre avec Shanou, un jeune puma qu'il élève depuis 2012. Cette année là, ce quinquagénaire comportementaliste animalier originaire de Normandie effectue un stage de formation à la fauverie du zoo du Mont-Faron, à Toulon (Var).

 

Il assiste alors à la naissance de quatre pumas. Tragiquement, la mère rejette l'un d'entre eux et refuse de le laisser téter. Jack Muller prend alors le petit félin sous son aile et le nourrit au biberon. Il raconte à Ouest-France :

 

Je lui ai donné le biberon toutes les trois heures, pendant quatre mois.

 

Source : Jack Muller

 

Devenu sa mère de substitution, il permet à Shanou de survivre.

 

Le directeur du zoo de Toulon décide alors de lui confier le puma. Jack Muller retourne dans sa Normandie natale avec Shanou, dans la ville de Litteau, où il débourse 24.000 euros pour faire construire un enclos adapté de 200 mdans sa propriété. Pour garder l'animal, il tente de passer un certificat de capacité pour l'élevage qui lui est refusé par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) du Calvados.

 

jack-muller-puma-combat-4Source : Jack Muller

 

"On me l'a refusé deux fois de suite", précise-t-il. En 2013, la DDPP décide de lui retirer le félin et de le renvoyer au parc zoologique de Toulon. C'est à ce moment-là que Jack Muller prend la décision d'abandonner son travail et sa maison normande pour suivre Shanou dans le Var.

 

Source : Jack Muller

 

Il s'engage alors comme bénévole dans la fauverie, inquiet que le jeune animal ne puisse survivre sans lui :

 

Un jour, j'ai dû m'absenter pendant trois jours. A mon retour, il était mal en point. Il refuse la nourriture et la boisson si je ne suis pas là.

 

Devenu sans domicile fixe et vivant du RSA, Jack Muller dort dans sa voiture pour rester au plus près de son protégé. "Je vais le voir deux fois par jour et sept jours sur sept", poursuit-il.

 

En parallèle, il continue les démarches auprès de la DPPP du Var qui lui a déjà refusé l'agrément qui lui permettrait de repartir avec Shanou. "On me reproche de ne pouvoir l’élever dans de bonnes conditions, parce que je suis au RSA et sans domicile fixe."

 

jack-muller-puma-combat-9Source : El Chico Bisontin

 

Déterminé à remuer ciel et terre, Jack Muller espère que Shanou sera prochainement transféré dans un zoo normand, à défaut de lui être confié. Contacté par Le Parisien, il prévient :

 

Si mes démarches n'aboutissent pas, j'envisage d'entamer une grève de la faim devant la préfecture du Var. Je ne suis pas cinglé, juste un homme déterminé. […] Si on m'autorisait à reprendre Shanou, ce serait une première en France. Je pense que c'est aussi pour ça qu'on ne veut pas me donner l'agrément.

 

Les amis du comportementalisme ont ainsi récemment lancé une pétition demandant à ce que l'autorisation de garder Shanou lui soit accordée. Plus de 18 000 signatures ont déjà été récoltées. Si vous souhaitez la signer, cliquez ici.

 

jack-muller-puma-combat-3Source : Jack Muller

 

Toutefois, si l'amitié qui unit Jack Muller et Shanou est touchante et que les motivations du comportementaliste à garder le puma dans les meilleurs conditions possibles sont louables, aucun animal libre et sauvage ne devrait connaître la frustration de la captivité, qu'il se trouve dans un parc zoologique ou chez un particulier.

 

L'association Code animal, qui milite pour l’abolition des zoos et de toute forme de captivité animale, a mis en place un « carnet noir des zoos » pour répertorier tous les parcs où des « événements marquants touchant les animaux » ont eu lieu, comme des vols, des décès anormaux ou des accidents.

 

Pour le consulter, cliquez ici.

PUBLICITE