Hautes-Alpes : des renards roux abattus

PUBLICITE

La Ligue de Protection des Oiseaux dénonce la décision prise par la préfète des Hautes-Alpes d’autoriser l’abattage des renards roux jusqu’au 31 mars 2020, au cours de 71 différentes battues. Trois traités, du 30 janvier, du 14 et du 18 février, ont entériné la prise de position des autorités, en concertation avec la Fédération départementale des chasseurs (FDC05), de la Direction départementale des territoires (DDT05) mais aussi du service départemental de l’Office français de la biodiversité (OFB) nouvellement crée au 1er janvier 2020.

 

Cette décision a été motivée par les lieutenants de louveterie, en charge d’abattre les animaux jugés problématiques. Les renards roux sont ici accusés de s’en prendre aux poulaillers et d’y semer la terreur. Plusieurs maires des communes des Hautes-Alpes ont également fait la demande de tirs de défense auprès des autorités.

 

Source : Pixabay

 

Pour l’association, abattre les renards, qui plus est en pleine période de vacances, est un non-sens. Les renards régulent en effet les populations de rongeurs, en particulier celle des campagnols terrestres, qui provoquent de graves dégâts aux cultures.

 

La LPO rappelle également que dans les communes de Villar d’Arêne et de la Grave :

 

Les renards n’ont pas été classés comme espèces susceptibles de causer des dégâts (ex. nuisibles) en raison de leur action bénéfique pour limiter les populations de campagnols. Les détruire porte atteinte aux intérêts agricoles, voire à l’environnement et à la santé de nos concitoyens par l’usage de produits raticides très toxiques.

 

Source : Pixabay

 

Malgré tout, chaque année, ce sont 1000 renards roux qui sont abattus dans tout le département. La LPO demande à ce que les arrêtés soient suspendus, au motif :

 

  • La date d’application de la durée des battues était erronée,
  • Aucun constat de dégâts à l’appui de ces arrêtés n’a été fourni justifiant la prévention des importants dommages invoqués,
  • Aucuns éléments témoignant de ce que les campagnes de destruction des renards les années précédentes ont permis de limiter les dégâts,
  • Les avis de la FDC 05, de la DDT 05, de l’OFB et les demandes des Maires des communes concernées ne nous ont pas été communiqués.
PUBLICITE