Haute-Saône : protestation contre la venue d’un montreur d’ours

ADVERTISING

Une pétition a été lancée pour dénoncer la venue d’un montreur d’ours, le 11 août 2019, à la fête médiévale de Leffond, à Champlitte en Haute-Saône, comme le rapporte le site de France Bleu. Elle compte déjà, à l’heure actuelle, plus de 65 000 signatures.

 

 

L’association AVES – France, à l’origine du mouvement, explique par l’intermédiaire de son président, Christophe Coret :

 

Le fait de l’emmener de ville en ville, la promiscuité avec le dresseur et le public, la remorque climatisée… ça va à l’encontre de ce qu’on devrait faire avec des animaux sauvages.

 

D’après l’organisation, les ours de Frédéric Chesneau, le montreur, ont parcouru plus de 17 000 km l’année dernière. Du côté des organisations, c’est l’incompréhension et la consternation qui dominent. Gilles Contet, président de l’association Passion d’Antan à l’origine de l’événement, déclare :

 

Ces gens-là, je ne sais pas s’ils ont déjà vu le spectacle… et s’ils ont vu l’ours dans son domaine. Je ne pense pas.

 

Source : Maxppp – maxppp

 

Même son de cloche chez Gilles Teuscher, le maire de Champlitte, commune associée à Leffond :

 

Si on prétexte de la maltraitance, on ne fait plus rien ! Dans ces cas-là, le chien qu’on emmène à la chasse et qu’on oblige à entrer dans les buissons, on le maltraite ? Non !  

 

Il continue dans les colonnes du journal Le Parisien :

 

On se retrouve maintenant avec des gens qui veulent tout interdire, tout censurer. Si on les écoute, on ne pêche plus, on ne chasse plus, on n’utilise plus d’animaux pour l’agriculture, plus de chevaux pour les courses hippiques. J’ai vu le spectacle, on voit bien que Valentin est content d’être là.

 

Quoi qu’il en soit, la fête médiévale aura bien lieu. Frédéric Chesneau a quant à lui porté plainte pour harcèlement et menaces de mort.

ADVERTISING