Haute-Saône : des tirs de défense contre les loups

ADVERTISING

Depuis août 2020, une trentaine d’attaques de loups sur des troupeaux ont été recensées en Haute-Saône, comme le rapporte le site d’informations France Info. Pour faire face, la préfecture a décidé d’autoriser les tirs de défense, comme cela a déjà été fait dans plusieurs départements français depuis le début de l’année.

 

La préfecture a ainsi remis une dérogation à deux éleveurs bovins, qui peuvent avoir désormais recours à des tirs de défense si des loups menacent d’attaquer leurs animaux. Ces tirs sont très encadrés, et ne peuvent être effectués que sur autorisation des autorités préfectorales. Les tirs de défense, qui peuvent être létaux en cas de besoin, sont effectués par des lieutenants de louveterie habilités, détenteurs d’un permis de chasse. Ils ne peuvent avoir lieu qu’en cas d’attaque imminente de loup.

 


Cette décision a été rapidement dénoncée par les associations de défense du loup. Les tirs contre les loups, autant les tirs de prélèvement que les tirs de défense, sont jugés inefficaces pour lutter contre les attaques. En effet, abattre un loup est prendre le risque de déstabiliser la hiérarchie de la meute et de créer des individus solitaires, bien plus prompts à attaquer les troupeaux pour se nourrir.

 

L’association Solidarité Animaux 70 a lancé une pétition pour demander l’arrêt de ces tirs en Haute-Saône. Vous pouvez cliquer ici pour la signer.

ADVERTISING