Haut-Rhin : premier chien renifleur de covid

ADVERTISING

Pokaa, un jeune Golden Retriever de deux ans, peut se vanter d’une distinction inédite en France : celui de premier chien renifleur de covid en Ehpad, comme l’explique le site d’informations France 3. L’animal a pris ses quartiers à l’Ehpad La Roselière à Kunheim (Haut-Rhin).

 

Robert Kohler, le directeur de l’établissement, explique :

 

Le chien a besoin de s’entraîner au moins une fois toutes les deux semaines pour ne pas perdre ses capacités à détecter le Covid, il doit être en contact avec un échantillon positif pour cela.

 

Il ajoute :

 

La semaine dernière, l’un de nos employés a été testé positif suite à un test PCR alors qu’il avait reçu les deux doses de vaccin et qu’il avait contracté le Covid dans les six derniers mois. Donc le chien va nous permettre de mieux repérer les personnes asymptomatiques.

 

Source : Alain Legrand

 

Pokaa a été sélectionné par l’association Handi’chien, en raison de son comportement exemplaire et de ses capacités olfactives exceptionnelles. L’animal a ensuite été formé durant quatre semaines à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort, selon le protocole établi par le professeur Grandjean, qui défend l’efficacité des chiens renifleurs de covid depuis le départ.

 

Tous les chiens ne sont pas aptes à détecter la maladie. Christelle Schreiber, l’éducatrice, confie :

 

Si on a affaire à un chien qui préfère dormir, ça va être compliqué. Il faut que la motivation première du chien soit d’être actif.

 

Pokaa doit être en mesure de détecter la covid en reniflant de la sueur humaine. Robert Kohler poursuit :

 

Nous passons pendant une minute un morceau de coton sous les aisselles de la personne qui doit être testée. Ensuite, on la place dans une boîte métallique avec un grillage. [En cas de test positif], il se met assis et attend.

 

Source : Robert Kohler

 

Selon le directeur de l’établissement, le taux de fiabilité est de 95 %.

 

Nous faisons les prélèvements de sueur avec des gants donc on ne risque rien. On ne risque pas non plus de fausser le résultat puisque grâce aux précautions que nous prenons, l’échantillon n’est pas imprégné de notre odeur.

 

Benoît Seewald, responsable du centre de formation Handi’chien en Alsace, ajoute :

 

On faisait beaucoup de tests PCR et je peux vous dire que sur les résidents atteints d’Alzheimer c’est très compliqué. Parfois il faut être à trois pour le faire et surtout ils ne comprennent pas ce qu’on leur fait. Ils trouvent cela trop intrusif.

 

Benoît Seewald espère pouvoir éduquer d’autres chiens comme Pokaa et étendre le dispositif à toute la France, même si dans les Ehpad, la plupart des pensionnaires et du personnel soignant sont déjà vaccinés. Reste désormais la grande interrogation, celle du variant Delta, qui va peut-être faire repartir l’épidémie à la hausse dans les établissements pour personnes âgées.

 

(Image d’illustration : Robert Kohler)

ADVERTISING