Gironde : une chienne enchaînée jour et nuit

PUBLICITE

MISE À JOUR DU 12 NOVEMBRE 2020 :

 

Malika a enfin pu être sauvée, mercredi 11 novembre 2020. La chienne a en effet été secourue par l’association Vénus, spécialisée dans le sauvetage d’animaux en détresse, en début de matinée. Sur place, les membres de l’association, accompagnés par la police, apprennent une information aussi étonnante qu’inquiétante. L’homme qui détient Malika n’est pas son propriétaire. La chienne appartient en effet à une association, et cette famille n’est que famille d’accueil depuis 2019.

 

Source : Coussinets du Médoc

 

Un scan de la puce électronique confirmation cette version : Malika appartient à l’association Quatre pattes en détresse.  La présidente de cette dernière, contactée, exige qu’on lui remette Malika, comme l’explique l’association Les Coussinets du Médoc. Selon la présidente, ils ont perdu la trace de Malika en août 2020, lorsque la famille d’accueil a rompu le contact.

 

Les Coussinets du Médoc s’indigne de la gestion de la crise par Quatre pattes en détresse et ne comprend pas pourquoi l’association n’a pas déclaré le vol de Malika. Malgré tout, la chienne continue d’appartenir à Quatre pattes en détresse, et ni l’association Vénus, ni les Cousinet du Médoc, ne peuvent s’opposer à la restitution de l’animal à son détenteur légal. L’association Vénus avait pourtant trouvé une famille d’accueil prête à accueillir Malika.

 

Source : Coussinets du Médoc

 

Autre fait à rectifier : le lancement de la cagnotte pour aider Malika. Cette cagnotte devrait finalement être annulée. Le sauvetage visait au départ un particulier, mais il s’avère que Malika appartient à une association.

 

L’association Les Coussinets du Médoc conclut ainsi :

 

L’association Vénus, ainsi que Les Coussinets Du Médoc ont travaillé simultanément et efficacement ! Notre objectif a été atteint, Malika n’est plus au domicile de cette famille d’accueil. L’enquête a été résolue en l’espace de quelques jours. Le cauchemar de Malika est à présent terminé.


 

Agathe*, une jeune femme originaire de Langon, en Gironde, tente depuis des mois de sauver Malika, une chienne Berger allemand qui passe ses journées et ses nuits enchaînées dans le jardin, comme le rapporte le site d’informations France 3.

 

C’est au détour d’une conversation avec l’un de ses voisins qu’Agathe découvre Malika, en juin 2020.

 

C’est une chienne qui est soit enfermée dans une cour, soit attachée à des escaliers, avec interdiction de rentrer dans le logement de ses maîtres. Lorsqu’ils l’attachent, ils lui mettent une grosse chaîne autour du cou, avec un cadenas.

 

Malika est âgée d’environ quatre ans et demi, malgré les photos où elle paraît avoir une dizaine d’années. Elle a été adoptée très jeune à la SPA et n’a connu que cette vie de misère :

 

Elle vit sur du ciment qui est glacé en hiver, sans même un tapis ou une couverture. Et elle fait ses excréments à même le sol, qui n’est que très rarement nettoyé. Lorsque on vient lui donner à manger discrètement, elle se jette sur la nourriture. Elle est affamée, elle est triste… On voit qu’elle souffre, et pourtant c’est un chien qui reste vraiment très gentil.

 

Source : DR

 

Agatha a alors contacté plusieurs associations, en vain, jusqu’à ce que l’une d’elles, Coussinets du Médoc, réponde à l’appel. L’organisation a ouvert une enquête afin de rassembler les preuves nécessaires. Un des responsables du refuge explique :

 

Une fois que nous aurons collecté tous ces éléments, nous entrerons en pourparlers avec les propriétaires. Ils n’ont visiblement pas les moyens de s’occuper de ce chien. Le mieux pour Malika serait qu’elle soit cédée à un refuge ou à l’association pour qu’elle soit ensuite placée. Nous avons vraiment pour objectif d’obtenir une cession à l’amiable.

 

Le couple de propriétaires possède aussi un autre chien, un Husky, qui ne quitte jamais le domicile.

 

Si la cession à l’amiable n’est pas possible, nous allons alors contacter les services vétérinaires pour ensuite mettre en place une saisie des animaux du logement. On va trouver une solution pour Malika. Elle va sortir, on ne va pas la laisser là une année de plus.

 

*Le prénom a été modifié.

PUBLICITE