Fermeture d’un élevage de chiens clandestin par la Fondation 30 Millions d’Amis

ADVERTISING

Le mois dernier, la Fondation 30 Millions d'Amis est intervenue dans un élevage clandestin de Haute-Saône sur demande de la justice. La totalité des chiens présents a été secourue et conduite au refuge de la Tuilerie. La Fondation a décidé de porter plainte pour abandon volontaire et mauvais traitements.

 

 

C'est à Luxeuil-les-Bains, près de Vésoul (70), que la Fondation est intervenue avec la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), afin de procéder au sauvetage de 16 American Bullies et Bull Terriers, retenus illégalement par la gérante de cet élevage clandestin.

 

 

Arrivés sur place, les sauveteurs n'ont pu que constater le manque de soins à l'égard des animaux. Abris sous-dimensionnés empêchant les chiens de se protéger des intempéries, conjonctivites purulentes, maladies de peau : la liste est longue.

 

 

Les chiens avaient visiblement l'habitude de passer la nuit dans un local de chaufferie tapissé d'excréments. Une femelle de l'élevage avait perdu la vue au niveau de son œil gauche, tandis qu'un mâle tournait sans cesse en rond pour essayer de s'attraper la queue. Autrement dit, un mouvement stéréotypé, signe d'une profonde détresse psychologique.

 

 

Mais malgré l'absence totale de sociabilisation, les chiens semblaient très gentils et se sont laissés guider volontiers par leurs sauveurs jusque dans le véhicule de la Fondation.

 

Amandine, responsable adjointe du refuge de la Tuilerie (77), a par ailleurs indiqué :

 

Les bébés ont sept mois. Ce sont des chiens très gentils, tout dépend de la manière dont on les éduque.

 

Les adultes ne présentaient, eux non plus, aucun signe d'agressivité et semblent donc bien partis pour trouver une nouvelle famille aimante prochainement.

 

 

La gérante de cette élevage clandestin avait pourtant été interdite d'exercice par le passé, mais avait décidé d'utiliser le nom de sa fille pour ouvrir ce nouvel élevage, dont les animaux faisaient l'objet d'annonces sur le net. Arnauld Lhomme, membre de la Fondation, se désole :

 

On est dans l’animal-objet : le seul but ici est de faire des profits pour arrondir les fins de mois.

 

Une histoire de plus qui confirme que le commerce d'animaux sur Internet est encore en pleine effervescence, malgré un durcissement en 2016 des lois réglementant la vente d’animaux en ligne.

 

 

Si vous souhaitez adopter un chien, et qui plus est un chien de race, faites bien attention à choisir un éleveur de confiance qui respecte les animaux. Évitez à tous prix les plateformes de vente pour particuliers, du type Lebon Coin, bien trop souvent douteuses et peu respectueuses de la condition des animaux.

 

La vidéo du sauvetage : 

 

 

ADVERTISING