Ferme de l’horreur : condamnation des propriétaires

ADVERTISING

Une mère et sa fille ont été condamnées par le tribunal correctionnel de Poitiers le 13 octobre 2020, comme le rapporte le site d’informations France Bleu. Elles étaient accusées de faits de maltraitance animale.

 

Tout a commencé en janvier 2019, à Migné-Auxances, dans la Vienne. Un signalement des voisins met la puce à l’oreille du SPA, secours et protection des animaux, qui alerte ensuite les autorités. Sur place, les secours découvrent une vision d’horreur. Un chien, deux cochons et un lapin sont retrouvés morts. Les animaux survivants sont affamés, assoiffés et vivent dans des conditions terribles. Beaucoup d’entre eux sont malades et dévorés par les vers.

 

Source : DR

 

Tous les animaux ont été pris en charge par des refuges et associations avant d’être soignés. La mère et la fille, respectivement âgées de 55 et 29 ans, n’étaient pas présentes au moment de leur procès, mais plusieurs associations de défense des animaux, parties civiles, ont fait le déplacement. Les propriétaires de la ferme ont été condamnées à verser des dommages et intérêts aux organisations pour rembourser les frais engagés pour les soins.

 

La mère a également écopé de trois amendes pour ne pas avoir fait enlever les carcasses des animaux décédés. La fille, quant à elle, a écopé de trois mois de prison avec sursis et d’une interdiction définitive de détenir des animaux. La fille a expliqué, dans sa déposition enregistrée et lue par la présidente du tribunal, que son projet de ferme pédagogique n’avait pas abouti car d’autres amis impliqués se seraient retirés. Pour l’avocate du SPA Poitiers, « les enfants qui l’auraient visitée auraient surtout découvert l’horreur. »

 

La fille a justifié son absence durant trois semaines par son implication dans le mouvement des gilets jaunes. Sa mère, face à l’ampleur de la tâche, aurait baissé les bras.

ADVERTISING