Eure : le vétérinaire accusé de violence relaxé

ADVERTISING

Un vétérinaire de Vironvay (Eure), poursuivi pour des « sévices graves ou actes de cruauté sur un animal », a finalement été relaxé, comme le rapporte le site d’informations Actu.fr. Tout a commencé par la publication d’une vidéo par l’association Stéphane Lamart. Sur les images, le vétérinaire s’en prend à Jack, un chien de race Jack Russell âgé de deux ans et demi.

 

Cette vidéo a été tournée le 29 novembre 2019 par une voisine du cabinet. Très vite, elle cumule les vues et provoque de nombreuses réactions indignées. Le propriétaire de Jack, Noah Suzanne, un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années, avait alors reconnu son compagnon à quatre pattes. Le praticien était aussi accusé d’avoir violenté Don Corleone, un American Staff, au cours de l’été 2019. Une plainte avait été déposée, et Yannick Moles, le vétérinaire incriminé, s’était déjà présenté présenté une première fois devant le tribunal judiciaire d’Evreux, en novembre 2020.

 

Il avait alors expliqué avoir agi ainsi car le Jack Russell avait fait preuve d’agressivité. Il confiait :

 

Ce qu’on ne voit pas sur la vidéo c’est que j’interviens après que Jack a mordu plusieurs fois un chiot de quatre mois que je venais d’opérer. Je l’ai vu attraper ce chiot à la cuisse, du côté où il avait été opéré, et le secouer dans tous les sens.

 

Source : La Dépêche de Louviers – Pierre Choisnet

 

L’autre chien faisait lui aussi montre d’agressivité, et Yannick Moles déclare avoir voulu tester, dans un premier temps, son désir de mordre. Il aurait fait passer un balai à travers les barreaux de la cage, balai que l’animal aurait sectionné avec ses dents.

 

J’ai ensuite utilisé une barre en métal. C’était pour le déstabiliser, qu’il comprenne que la morsure ne fonctionne pas.

 

Une des assistantes du vétérinaire a pourtant déclaré que Don Corleone était le souffre-douleur de son patron. Face à Yannick Moles se trouvaient cinq parties civiles : l’association Stéphane Lamart et le propriétaire du petit chien, Noah Suzanne (représentés par Me Patrick Grillon), le Conseil de l’ordre national des vétérinaires (Me Louis Jay), la Fondation Brigitte Bardot (Me Louisette Gaba) et l’association Les Sales Gosses. Hélas, la déception a été très grande pour elles lors du verdict, car toutes les charges retenues contre le vétérinaire ont été abandonnées. La procureure avait pourtant demandé une interdiction de détenir un animal pendant cinq ans, une interdiction d’exercer pendant cinq ans et une peine de six mois de prison avec sursis.

 

Des recommandations qui n’auront pas été suivies. Franck Doudet, président du tribunal judiciaire d’Évreux, explique :

 

On sait que vos méthodes sont brutales, on le voit sur la vidéo. Mais les coups de pied que vous lui donnez ne sont manifestement pas portés au point de créer un préjudice grave pour le chien. Sinon, le chien aurait subi des blessures. Or, Jack n’a subi aucune blessure. […] On sait que Jack a quand même un trouble du comportement car il s’attaque à ses congénères. Et ce qu’on ne voit pas sur la vidéo c’est que votre intervention permet de sauver un chiot que Jack attaquait.

 

Source : La Dépêche de Louviers – Pierre Choisnet

 

Il ajoute cependant :

 

Ce n’est plus du pénal. Et je sors de mon rôle en vous disant ça. Vos méthodes ne sont plus socialement acceptables. Aujourd’hui, la société n’accepte plus la brutalité sur les animaux. Probablement que la loi évoluera à l’avenir. Mais en l’état actuel de la loi et de la jurisprudence, c’est cette décision qui s’impose. Ce qui ne veut pas dire que le tribunal approuve vos actions.

 

La décision reste cependant inacceptable pour les associations. Stéphane Lamart, le président de l’association du même nom, s’insurge :

 

C’est une décision de tribunal qui jette la honte. J’ai honte de cette justice. C’est à vomir ! Ça veut dire qu’on peut maltraiter un animal, le frapper, sans être inquiété, même quand on est vétérinaire.

 

Le seul espoir, désormais, reste que la procureure de la République fasse appel de cette décision.

ADVERTISING