En ce moment, 7 000 lions sont élevés loin des regards pour la plus tragique des raisons

ADVERTISING

La mort du lion Cecil en juillet dernier, abbatu par le dentiste américain Walter Palmer pour 50 000 dollars (45 000 euros), a fait couler beaucoup d'encre.

 

lion-bred-to-die

Source : @Today

 

L'affaire a été très médiatisée notamment à cause de la popularité de Cecil : ce magnifique lion était l'icône du Parc National Hwange au Zimbabwe.

 

Les fermes de la honte

 

Mais ce fait divers est la partie émergée de l'iceberg. À l'heure où nous écrivons ces lignes, 7 000 lions sont élevés dans des fermes pour servir de trophée à de riches chasseurs, occidentaux pour la plupart. Si vous voulez vous "payer un lion", il vous faudra débourser au minimum 4 000 euros. Et les prix peuvent monter rapidement en fonction de la beauté et de l'âge de l'animal.

 

Ces fermes sont situés principalement en Afrique du Sud. Comme dans tout élevage, l'animal y est considéré seulement comme une source de profits. Il s'agit alors d' "augmenter les rendements". Les lionceaux sont ainsi retirés très tôt à leurs mères afin qu’elles puissent mettre bas à nouveau. Certaines femelles peuvent subir jusqu'à cinq grossesses en deux ans, ce qui est très loin de leur rythme naturel.

 

blood-lion-1

Source : @BloodLion

 

Une chasse abjecte, toujours légale en Afrique du Sud

 

Si les conditions d'élevage sont révoltantes, le moment de la chasse l'est encore plus. Une fois que le client a choisi le lion qu'il voulait abattre, celui-ci est lâché dans un enclos dont il ne peut s'enfuir. Le "chasseur" n'a plus qu'à tirer à bout portant – au fusil et parfois même à l'arc – sur un animal sans défense qui n'a pas appris à se méfier des humains.

 

blood-lion-3

Source : @BloodLion

 

800 victimes par an

 

Environ 800 lions sont tués ainsi chaque année, soit plus de deux par jour. Les chasseurs, qui n'ont aucune conscience de la barbarie de leur loisir, exhibent souvent leur trophée sans gêne sur les réseaux sociaux.

 

blood-lion-4

Source : @BloodLion

 

Un documentaire pour dénoncer ces atrocités 

 

Le 22 juillet dernier, Blood Lion à été présenté au festival International du Film à Durban. Ce documentaire propose une enquête saisissante sur la vie de ces magnifiques animaux  réduits en esclavage. Vous pouvez visionner la bande-annonce ici.

 

blood-lion-2

Source : @BloodLion

 

Une défense fragile et malhonnête

 

Le film dénonce également les arguments des promoteurs de cette activité qui affirment qu'elle participe à la survie des lions, et plus généralement à celle de toutes les espèces menacées du continent africain.

 

Mais les scientifiques qui ont travaillé sur le documentaire Blood Lion ne voient pas les choses de la même façon :

 

Aucun programme de réintroduction de lions élevés en captivité en Afrique du Sud n'a réussi. […] Les lions élevés en captivité ne sont pas adaptés.

 

Très peu, si ce n’est aucune des fermes de lions et des installations de reproduction de prédateurs en Afrique du Sud peuvent être considérées comme des entreprises de conservation authentiques. Elles ne travaillent pas en collaboration avec les scientifiques et les protecteurs de lions reconnus ni avec aucun organisme de conservation.

 

Espérons que le retentissement médiatique du meurtre de Cecil participera au déclin de cette activité abjecte.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d'accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d'alimentation ultra-premium livré en 1h (sur invitation seulement). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING