« Elles voient leurs petits mourir sous leurs yeux » : nouvelle enquête choc dans un élevage breton

PUBLICITE

Ce jeudi 16 mars, l'association L214 diffuse une nouvelle enquête choc révélant les coulisses d'un élevage porcin situé près de Quimper, en Bretagne. Les images, filmées en janvier dernier, montrent des animaux en souffrance, contraints de vivre au milieu de cadavres en décomposition et d'ossements.

 

L214-cochon-bretagne-elevage-1

 

"L'élevage est de toute évidence hors de contrôle des services vétérinaires du Finistère", précise l'association. Les manquements aux normes sanitaires sont en effet manifestes : allées remplies d'excréments, toiles d'araignées, seringues usagées et médicaments périmés gisant sur le sol…

 

L214-cochon-bretagne-elevage-6

 

Interrogé par Le Monde, Sébastien Arsac, porte-parole de L214, précise :

 

Cette insalubrité générale est sordide. L’éleveur ne doit pas contrôler quotidiennement le bon fonctionnement de l’élevage, comme il le devrait. Les animaux sont livrés à eux-mêmes, nourris automatiquement. […] Ces conditions sanitaires extrêmes constituent un environnement favorable à l’émergence de maladies pour les animaux.

 

L214-cochon-bretagne-elevage-2

 

Au-delà des conditions sanitaires, la souffrance des animaux est elle aussi dénoncée par l'association. "Dans les salles de maternité, des truies voient leurs petits mourir sous leurs yeux, impuissantes dans leurs cages", ajoute ainsi l'association.

 

Cette exploitation intensive de taille moyenne fait naître chaque année plusieurs milliers de cochons destinés à l'abattoir. Elle est située à Pouldreuzic, dans le Finistère, et appartient à Triskalia, l'une des plus grandes coopératives agricoles bretonnes.

 

L214-cochon-bretagne-elevage-3

 

Pour se défendre, le groupe Triskalia a publié un communiqué où il explique que cette insalubrité n'est pas représentative de la filière française et renvoyant à la responsabilité individuelle de l'éleveur.

 

"L’exploitation en question est un élevage de 130 truies naisseur-engraisseur sur lequel l’éleveur, âgé de 29 ans, travaille seul", précise le groupe qui indique qu'un "plan d'actions pour accompagner l'éleveur" sera mis en place, sans évoquer la fermeture de l'établissement.

 

Le préfet du Finistère a par ailleurs fait savoir qu'une inspection du site serait conduite ce 16 mars par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP).

 

L214-cochon-bretagne-elevage-5

 

 

De son côté, L214 a décidé de porter plainte au tribunal de grande instance de Quimper pour maltraitance animale. L'éleveur encourt six mois d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende.

 

L'association a également lancé une pétition pour demander la fermeture de l'élevage. Pour la signer, cliquez ici.

 

Pour visionner l'enquête dans son intégralité, c'est ici (attention, certaines images sont difficiles) :

 

 

L214 n'en est pas à ses premières révélations. Le mois dernier, elle pointait ainsi du doigt les actes de cruauté révoltant perpétrés dans l’abattoir français de Houdan. L'association propose un guide destiné à tous ceux qui voudraient réduire ou cesser leur consommation de viande. Pour le découvrir, cliquez ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

PUBLICITE