Dijon : trois chatons retrouvés dans une poubelle

ADVERTISING

Trois chatons nouveau-nés ont été retrouvés dans une benne à ordures le 2 avril 2021, à Dijon, comme le rapporte le site d’informations France 3. Ils ont été secourus par l’association du Chat-Libre Dijonnais, qui est immédiatement intervenue.

 

Les membres de l’organisation ont été prévenus par le personnel d’un magasin, alarmé par les cris et miaulements qui provenaient du conteneur. Stéphanie Chevalier, la présidente de l’association le Chat-Libre Dijonnais, est venue récupérer les animaux. Elle a fait savoir son dégoût face à cette situation :

 

C’était l’horreur. J’appelle ça un acte de malveillance avéré. La chose qui m’a choquée, c’est qu’ils avaient encore leurs cordons. Et les cordons avaient été noués entre eux. Ce n’était pas possible de les séparer. Un des chatons avait le cordon bien tiré, donc il avait un début d’hernie et le plus petit des trois lui ne bougeait pas beaucoup.

 

 

Publiée par Chat-Libre Dijonnais sur Vendredi 2 avril 2021

 

Les animaux ont à l’évidence été jetés par un particulier juste après leur naissance. Hélas, le retour du printemps est souvent synonyme de portées sauvages, car de nombreux propriétaires ne font pas encore stériliser leurs animaux. Les refuges et les associations doivent alors prendre en charge les chatons lorsqu’ils sont retrouvés vivants.

 

Les associations, on étouffe. On est début avril, on a 6 portées au total. On ne peut pas nous demander de prendre les chatons et de les euthanasier. Ce n’est pas possible, c’est contre notre éthique.

 

Stéphanie Chevalier compte déposer plainte. La caméra de vidéo-surveillance placée à proximité permettra peut-être de mettre un visage et un nom sur le coupable. Malheureusement, les peines pour ce type d’agissement restent bien légères. Stéphanie Chevalier le reconnaît :

 

Les tribunaux ne sont pas nombreux à suivre. On a l’impression que cela ne bouge pas.

 

 

Publiée par Chat-Libre Dijonnais sur Vendredi 9 avril 2021

 

Elle admet que la stérilisation d’un animal à un prix, et qu’en raison de la crise actuelle, il n’est pas toujours évident d’avancer l’argent. Elle espère pouvoir un jour ouvrir un dispensaire pour venir en aide aux animaux des plus démunis. De leurs côtés, les trois chatons se portent mieux grâce aux soins patients apportés par l’association. Sans cette intervention, ils n’auraient jamais survécu. Si vous souhaitez aider le Chat-Libre dijonnais, cliquez ici pour faire un don.

 

ADVERTISING