Deux-Sèvres : deux loups en fuite

ADVERTISING

Trois loups sont en fuite dans les Deux-Sèvres, après s’être échappés du sanctuaire où ils se trouvaient, le 13 novembre 2020. L’un d’eux est malheureusement décédé quelques jours plus tard, renversé par une voiture. Le 4 décembre, le préfet des Deux-Sèvres a décidé de l’abattage des animaux via un arrêté, après seulement deux semaines de tentatives pour les retrouver et les ramener au sanctuaire.

Face à cette situation intenable, l’association One Voice a décidé de porter plainte. La décision du préfet fait suite à l’attaque de troupeaux de brebis, attaque imputée aux loups. Pourtant, la directrice du sanctuaire est formelle : les deux animaux qui se sont échappés ne savent pas chasser. One Voice dénonce :

 

Pourtant l’on peut lire de l’aveu même de la préfecture de Charente-Maritime dans son arrêté, que de nombreux chiens sont en divagation dans cette zone. D’autre part, des loups sauvages ont été aperçus récemment : fin 2019 et début 2020 dans les départements de Charente-Maritime et de Charente (ce que l’arrêté passe sous silence !). Il n’est pas exclu non plus qu’ils puissent avoir élu domicile dans ce département au même titre que celui aperçu dans l’Oise le mois dernier.

 

Source : One Voice

 

Elle ajoute :

 

Nous contestons donc la nécessité de tuer les deux loups restants, dénommés Alcatraz et Papillon par le sanctuaire ! Ils sont protégés à double titre : au titre de la réglementation protégeant les animaux sauvages captifs, et au titre de la protection de l’espèce Canis Lupus en France. Et compte tenu de l’urgence, nous avons sollicité la suspension immédiate de cet arrêté.

 

One Voice demande que l’État déploie plus de moyens pour capturer les loups, plutôt que de passer immédiatement à une solution radicale et injuste. L’association exige la mise en place d’autres méthodes de capture. One Voice conclut :

 

La réponse des autorités face aux différentes problématiques liées à la présence d’animaux sauvages ne peut plus et ne doit plus être de les tuer. Quant aux animaux protégés tels que les loups, ils ne peuvent pas l’être uniquement quand ils sont absents, et être exterminés quand ils réapparaissent !

ADVERTISING