Deux chats on été retrouvés gravement mutilés dans la campagne italienne

chats brulés en italie
ADVERTISING

Au début du mois de mars 2018, des promeneurs ont découvert dans la ville de Rieti, au centre de l’Italie, les corps de deux chats qui avaient été pendus puis brûlés.

 

D’après une déclaration du maire de la ville, les cadavres des deux chats dateraient de plusieurs mois avant cet incident mais n’auraient été pendus et brûlés que très récemment. Il évoque également la piste d’un jeu cruel entre jeunes de la ville.

 

Cependant, l’association de protection animale AIDAA a contredit cette déclaration.

 

Le président de l’association, Lorezo Croce écrit sur le blog d’AIDAA (en italien) :

 

Il y a trop d’éléments incohérents dans la version des faits données par le maire. Par exemple, nous ne comprenons pas comment ils auraient pu déterminer que les chats étaient morts depuis des mois en observant des corps brûlés. Dans tous les cas, les corps auraient du être envoyés dans une clinique vétérinaire pour une autopsie, comme la loi italienne le prévoit. Malgré les communiqués, aucun rapport d’autopsie n’a été rendu public. Il est alarmant de constater qu’un crime aussi sérieux soit traité comme une simple farce. 

 

L’association est bien décidée à faire la lumière sur cette affaire, et condamne sur son site les responsables de ce délit qui a fortement perturbé les habitants d’une ville habituellement très calme.

 

AIDDA propose une récompense de 5000€ pour toute personne capable de fournir des informations qui permettraient d’arrêter et condamner les coupables.

 

Seules les sources fiables accompagnées d’une déclaration auprès de la police locale seront acceptées.

 

AIDDA a également publié des images des deux chats sur son site (en italien). Attention, ce sont des images fortes qui peuvent choquer.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine de deux ans de prison maximum accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les actes de cruauté envers les animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

ADVERTISING