Des policiers retrouvent un Boxer enterré vivant, lourdement blessé

PUBLICITE

C'est une nouvelle affaire de maltraitance qui suscite une vive émotion parmi les défenseurs des animaux du Québec. Ce mardi 23 mai, un agriculteur de la région de la Montérégie, près de Montréal, a entendu des jappements alors qu'il traversait sa propriété. Il a alors aperçu une patte qui sortait de terre avant de découvrir qu'un Boxer avait été enterré là, vivant.

 

boxer-monteregie-enterre-vivant-3Source : SPCA de la Montérégie

 

Interrogé par la presse locale, il raconte :

 

Je me suis arrêté pour nettoyer le chemin près du fossé. J'étais à quatre pattes avec mon sécateur quand j'ai entendu japper. C'était évident que ce n'était pas un chihuahua. En m'approchant, j'ai vu la terre bouger quand le chien respirait. Sa patte gauche sortait du sol.

 

boxer-monteregie-enterre-vivant-4Source : SPCA de la Montérégie

 

L'homme a immédiatement fait appel aux forces de l'ordre qui sont intervenues sans attendre. Ensemble, ils ont creusé pour sortir de terre le Boxer qui était enroulé dans une couverture blanche.

 

"Il ne bougeait pas. J'étais certain qu'il était mort. Dès que l'agent lui a versé de l'eau dans le visage, il s'est mis à vouloir se redresser la tête. Il n'avait pas de [collier]. On lui a enlevé la terre qu'il avait dans la gueule et les yeux", poursuit l'agriculteur.

 

boxer-monteregie-enterre-vivant-2

 

Le chien a été immédiatement pris en charge par la SCPA de la Montérégie (l'équivalent de la SPA au Québec) et transporté dans une clinique vétérinaire où il a reçu des soins d'urgence.

 

Il souffrait de déshydratation sévère et présentait "un traumatisme au niveau de son cou" et "beaucoup d'enflures", ce qui laisse penser qu'il a été frappé – vraisemblablement avec un marteau ou une pelle -, avant d'être enterré et laissé pour mort.

 

À son arrivé à la clinique, l'équipe médicale a d'abord pensé qu'il s'en sortirait. "Avec les excellents soins […], il mange bien et peut boire de l'eau tout seul. Il ne peut pas marcher encore, mais il y a de la sensation dans ses quatre pattes. Ça nous donne l'espoir qu'il ne serait pas paralysé", précisait le 23 mai au soir la SPCA de la Montérégie sur sa page Facebook.

 

boxer-monteregie-enterre-vivant-1Source : SPCA de la Montérégie

 

Malheureusement, le lendemain, mercredi après-midi, l'association a annoncé que le Boxer avait succombé à ses blessures :

 

Nous avons des nouvelles très tristes… notre beau Boxer, notre combattant que nous avons nommé Sugar Ray, n'a pas survécu. Il est décédé cet après-midi (mercredi) entouré d'amour. Nous sommes dévastés.

 

Update….Mis a Jour….
Nous avons des nouvelles très triste…..notre beau Boxer, notre combattant que nous avons nomm…

Posted by SPCA Montérégie on Wednesday, 24 May 2017

 

Jeudi 25 mai, la presse locale a annoncé qu'un homme, âgé d'une quarantaine d'années, s'était rendu de lui-même à la gendarmerie dans le cadre de l'enquête. Les policiers l'ont interrogé et il comparaîtra prochainement. L'enquête se poursuit afin de déterminer s'il s'agit ou non du propriétaire du Boxer.

 

Pour connaître les suites de l'affaire, vous pouvez suivre la page Facebook de la SPCA de la Montérégie.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

PUBLICITE