Des participants de l’émission Les Marseillais jettent des poissons vivants dans un jacuzzi

ADVERTISING

La Fondation Brigitte Bardot a dénoncé le 17 mai 2018 sur sa page Facebook un passage de l'émission Les Marseillais en Australie, actuellement en cours de diffusion sur la chaîne W9.

 

L'une des candidates se prélasse dans un jacuzzi, avant qu'un autre participant ne jette un bac rempli de poissons vivants, pêchés un peu plus tôt dans la journée.

 

Source : W9

 

La panique de la jeune femme déclenche l'hilarité générale, alors que les poissons sont abandonnés à leur triste sort dans l'eau chaude du jacuzzi. Si aucun des candidats ne s'émeut de leur sort – deux d'entre eux échangeant même des félicitations en se tapant dans les mains – la Fondation Brigitte Bardot est de son côté montée au créneau pour pointer du doigt la scène, diffusée à une heure de grande écoute.

 

Le groupe de défense de la cause animale s'insurge :

 

Comment la chaîne et la production de l’émission peuvent-elle cautionner de tels sévices ? Qu’est-il advenu de ce poisson ? Quel message de telles stupidités délivrent-elles au public ? 

 

Source : W9

 

Pour l'heure, ni W9 ni Banijay Productions ne se sont exprimées, et la vidéo est toujours disponible en ligne sur la page Facebook de l'émission. Elle compte plus de 430 000 vues.

 

Ce n'est pas la première fois qu'une émission de télé-réalité déclenche la polémique. En 2016, une scène de Secret Story avait déclenché un vif émoi auprès des téléspectateurs et des associations, après le tournage et la diffusion d'une séquence où les candidats devaient manipuler des animaux – rongeurs, reptiles, chèvre – dans le noir.

 

Source : W9

 

Les poissons, des animaux sensibles

 

Au début de l'année 2017, une étude, menée par le professeur Rui Oliveira, de l’université de Lisbonne, confirmait la présence d'une vie émotionnelle chez les poissons, accréditant ainsi l'idée de sensibilité, déjà mise en lumière en 2003 par une étude de l'université d’Édimbourg (Écosse).

 

Les recherches ont montré que les poissons étaient capables de créer des liens sociaux, que l'on retrouve chez des animaux considérés – à tort – comme plus évolués. Les structures sociales des poissons sont en réalité très complexes et traduisent une capacité à la coopération, à l'entraide, ou encore à la mise en place de stratégie d'évitement des prédateurs.

 

Pour autant, la question de la douleur chez le poisson est une question qui fait débat depuis très longtemps.

 

Au XIXe siècle, seuls l'homme et les primates étaient considérés comme des êtres capables de ressentir la souffrance, faisant des autres animaux de simples meubles. Si cette idée est désormais révolue pour tous les mammifères, elle demeure malgré tout bien ancrée dans l'inconscient général en ce qui concerne les poissons, au point que même la communauté scientifique est divisée.

ADVERTISING