Des douzaines de poules sauvées des puits à fumier dans une enquête menée par PETA

enquête peta poules
ADVERTISING

Attention. Certaines images peuvent être difficiles.

 

En avril 2018, une nouvelle enquête menée dans trois fermes à œufs, à Abbotsford, en Colombie Britannique, a révélé les conditions de vie préoccupantes des poules au Canada. Ces animaux, dont certains finissent enterrés dans les puits à fumier qui jonchent le sol de leurs enclos, sont des millions à subir cette cruauté.

 

Ce rapport a été rendu possible grâce à des images capturées par Jeff Rigear, militant de la cause animale, et d'autres personnes, et accompagnées de la voix-off de l'actrice de la série Vampire Diaries, Kat Graham. Dans la vidéo, on peut voir les excréments des poules tomber de leurs cages et s'amonceler en-dessous, formant des amas de près de 1,50 mètres remplis d'asticots et autres insectes.

 

Une poule prisonnière des excréments – Source : Jeff Rigear 

 

Parmi les excréments, les corps de plus de 200 poules tombées dans les puits ont été retrouvés. Laissées pour mortes, elles sont probablement décédées par manque d'eau et de nourriture. Certaines d'entre elles sont même enterrées vivantes dans le fumier. Plusieurs douzaines d'entre elles ont été secourues, mais pour les autres, il était déjà trop tard.

 

Source : Jeff Rigear

 

Selon PETA, le vétérinaire Katherine van Ekert a observé les choses suivantes concernant les poules :

 

Elles souffraient de maladies graves : elles étaient tellement faibles qu'elles n'essayaient même pas de se débattre lorsqu'on les manipulait, ce qui est normalement un réflexe naturel. Leurs yeux étaient enfoncés dans leurs orbites et leurs paupières fermées – un signe indiquant une sévère dépression et un mauvais état de santé chez les poules.

 

Malheureusement, les poules situées dans les cages au-dessus des puits n'étaient pas dans de meilleures conditions. Les cages exiguës forcent ces animaux très intelligents à vivre entassés les uns sur les autres, ne pouvant même pas déployer leurs ailes, et encore moins établir un ordre social. Dans la vidéo, beaucoup de volatiles souffrent d'une perte sévère de leurs plumes, provoquée par le stress et l'auto-mutilation.

 

Source : Jeff Rigear

 

Comme si cela ne suffisait pas, nombre des poules avaient déjà commencé à se décomposer dans les cages mêmes, aux côtés des survivantes condamnées à vivre en compagnie des corps de leurs sœurs. Dr Christine Capaldo, vétérinaire, a commenté :

 

Selon moi, obliger des poules à vivre dans un espace confiné au milieu des corps pourrissants de leurs congénères peut occasionner un traumatisme psychologique important, un état de détresse et de la souffrance. Cela les expose à des maladies propres aux volatiles, à des contaminations bactériennes, à des odeurs fortes, et constitue une maltraitance et une négligence.

 

En raison de cet état de proximité, les poules étaient obligés d'uriner et de déféquer sur leurs congénères situées en dessous. Les poules sont des animaux naturellement propres et méticuleux, ce qui rend ces images d'autant plus difficiles à visionner.

 

Les émanations d'ammoniac dues à l'accumulation d'excrément sature l'air, irrite les poumons des poules et brûle leur peau.

 

Dans la vidéo, on observe qu'une poule est victime d'un prolapsus cloacal, une affection majeure de l'appareil génital très douloureuse et souvent mortelle. Elle est causée par une ponte excessive. Heureusement, cette poule a été secourue puis soignée. Parmi les autres blessures : des pieds enflammés et des griffes trop longues, causés par le fait de rester debout trop longtemps sur des barreaux en fer.

 

Source : Jeff Rigear

 

L'industrie de l’œuf est en plein essor, et ce sont près de 20 millions de poules qui sont exploitées pour leurs œufs dans des entrepôts comme celui-ci, au Canada. Les mâles, eux, sont tués à la naissance car ils ne sont pas intéressants d'un point de vue financier.

 

A l'âge de deux ans environ, ces poules sont "usées" et leur production d’œufs diminue. Elles sont donc majoritairement transportées à l'abattoir où elles se font trancher la gorge, pour être en suite utilisées dans la nourriture pour animaux de compagnie.

 

La vidéo de l'enquête :

 

 

ADVERTISING