Déconfinement : la crainte des abandons

PUBLICITE

Si la situation le permet, la France sortira le 11 mai 2020 du confinement dans lequel elle se trouvait depuis le 17 mars 2020 pour faire face à la pandémie de Covid-19. Mais la SPA de l’Ardèche craint que ce retour à l’extérieur se traduise par une augmentation du nombre d’abandons, comme le rapporte le site d’informations France 3.

 

Depuis le 16 avril dernier, les refuges de l’Hexagone pouvaient de nouveau permettre aux personnes d’adopter des animaux, après l’autorisation délivrée par le gouvernement. C’était une mesure réclamée depuis plusieurs semaines par la SPA, qui craignait des euthanasies massives. Mais à présent, une autre question se pose, qui fait elle aussi craindre l’arrivée de nombreux chats et chiens dans les associations.

 

Source : Refuge les Amandiers

 

Certains refuges s’attendent au pire, comme le refuge SPA Les Amandiers à Lavilledieu, en Ardèche. Anaïs Arcis, employée du refuge, explique :

 

Les gens se retrouvent chez eux  24 heures sur 24, ils sont en demande de compagnie, mais ils ne mesurent pas forcément l’implication quand ils seront de retour au travail. Il faut habituer dès maintenant l’animal à être seul, et être sur de pouvoir assumer ses besoins quelles que soient les circonstances. Nous avons fait au maximum le tri dans les demandes, et prodigué des conseils.

 

Source : Refuge les Amandiers

 

Mais qu’en sera-t-il pour les chiens et les chats adoptés ou achetés ailleurs que dans les associations ? Le refuge les Amandiers a peur que le retour à une vie beaucoup plus rythmée conduise à un délaissement de l’animal, et à terme, à son abandon.

 

L’augmentation du nombre des abandons serait un coup dur pour les associations françaises, alors que la vague d’abandons un moment évoquée au début de la pandémie n’a finalement pas eu lieu. Pour l’heure, dans bon nombre de refuge, les procédés d’adoption seront encore très encadrés afin de limiter les contacts.

PUBLICITE