De la viande de chien au menu dans les restaurants de Pyeongchang pendant les JO d’hiver, malgré une interdiction totale

ADVERTISING

Depuis le 9 février, le comté de Pyeongchang accueille les Jeux-Olympiques d'hiver 2018. A l'occasion de cet événement, les autorités locales avaient avisé les restaurateurs de ne plus faire figurer de viande de chien sur leurs menus. Une recommandation qui ne semble pas suivie par la grande majorité des restaurants sud-coréens.

 

Source : Archives KIM JAE-HWAN AFP

 

Lors des grands événements internationaux, les autorités du pays souhaitent interdire la consommation de viande de chien dans les restaurants afin d'éviter une publicité négative, explique le quotidien Sud Ouest.

 

A l'occasion des Jeux-Olympiques, douze restaurateurs locaux ont reçu l'interdiction de servir cette viande rouge, mais seuls deux d'entre eux l'ont accepté. Si les autorités ont offert des subventions afin de dédommager les propriétaires de restaurants pour les éventuelles pertes occasionnées, ceux-ci indiquent que l'interdiction a tout de même une incidence sur leurs recettes, explique Lee Young-Bae, responsable du gouvernement local :

 

On a reçu beaucoup de plaintes de restaurateurs comme quoi cela menace leur gagne-pain. Certains d’entre eux ont remplacé le chien par du porc et ont vu leurs ventes s’écrouler. Ils sont donc revenus à la vente de chien.

 

Lors des Jeux-Olympiques de Séoul en 1988, la viande de chien avait également été interdite afin de ne pas heurter les mœurs occidentales.

 

Source : Le Quotidien du peuple

 

Mais même si la consommation de viande de chien a amplement diminué depuis quelques années, notamment en raison du changement des mentalités à l'égard de cet animal, de plus en plus considéré comme un animal de compagnie, les sud-coréens consommeraient à l'heure actuelle un million de chiens par an.

 

De plus en plus, de grandes ONG, telles que la Humane Society International luttent pour la fermeture définitives des fermes de viande canine dans des pays tels que la Corée du Sud. Cependant, cette pratique est toujours largement répandue dans le pays, et est même valorisée à l'occasion de festivals.

 

En Chine comme en Corée du Sud, la consommation de viande de chien cristallise le fossé générationnel entre les jeunes et les seniors. D'après un sondage réalisé en 2015 par l'institut Gallup Korea, 20% des hommes coréens âgés d'une vingtaine d'années déclarent avoir mangé du chien au cours de l'année, contre 50% du côté des cinquantenaires et des sexagénaires.

 

Pour les jeunes générations, imprégnées de culture occidentale, les chiens et les chats sont en effet avant tout des animaux de compagnie et il leur semble souvent étrange voire choquant de les consommer. Il est ainsi très probable que le commerce de la viande de chien connaisse un rapide déclin au cours des prochaines décennies en Corée du Sud comme en Chine.

 

Si vous souhaitez soutenir l'association HSI dans son combat, cliquez ici. Vous pouvez également signer cette pétition qui demande l’abolition du festival de Bok Nal.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (il va adorer) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING