Danemark : un charnier de visons remonte à la surface

PUBLICITE

Suite à la détection de cas d’une souche mutante de la COVID-19 dans plusieurs élevages danois, les autorités avaient pris la décision de faire abattre tous les visons des élevages concernés. Mais aujourd’hui, le pays se retrouve face à une nouvelle problématique, comme le rapporte le site d’informations 20 Minutes.

 

En effet, les carcasses des animaux morts avaient été enterrées. Mais quelques semaines plus tard, sous l’effet des gaz de putréfaction, elles sont remontées à la surface, sur un terrain militaire d’Holstebro, dans l’ouest du pays. Pourquoi les cadavres ont-ils pu atteindre la surface, alors que le ministère de l’Environnement et de l’Agriculture affirme qu’ils ont été enterrés à au moins plus d’1m50 de profondeur ?

 

 

Tout simplement parce que ce chiffre est faux, selon toute vraisemblance. Selon des observateurs, les visons n’ont été enterrés qu’à un mètre de profondeur, tout au plus. Mais toujours selon le ministère, le phénomène n’est que temporaire, provoqué par la putréfaction des animaux. Les autorités ont assuré que la zone sera surveillée 24h/24 et que les visons seront régulièrement recouverts.

 

Leif Brøgger, conseiller municipal d’Holstebro, craint cependant que la présence des cadavres finisse par polluer le lac à proximité. Les visons ont en effet été enterrés à moins de 200 mètres d’un point d’eau, au  lieu des 300 mètres réglementaires.

 

L’État joue avec notre nature et l’utilise comme une décharge.

 

En France, l’État a aussi ordonné l’abattage d’un millier de visons suite à la découverte d’une souche mutante de COVID-19 parmi les bêtes.

PUBLICITE