Coronavirus : des centaines d’animaux sauvés par la SPA

PUBLICITE

L’autorisation accordée par le gouvernement aux associations de l’Hexagone a porté ses fruits. Le 16 avril 2020, après presque un mois de confinement, les autorités avaient en effet permis la reprise des adoptions dans les refuges, après les nombreux appels du président de la SPA, Jacques-Charles Fombonne.

 

Aujourd’hui, pour l’association, il est clair que c’était la bonne décision, même si cela a entraîné un travail supplémentaire, comme l’explique Jacques-Charles Fombonne lui-même :

 

Il a fallu créer ce dispositif que l’on appelle adoption solidaire, et qui va fonctionner pendant la période de confinement. Il a fallu modifier le site, il a fallu créer un dispositif informatique. Il a fallu créer le questionnaire. Il a fallu mettre en place du personnel sur une plateforme qui va enregistrer les demandes et les prioriser. Il a ensuite fallu apprendre aux gens des refuges comment traiter cette nouvelle procédure.

 

 

Malheureusement, la SPA a aussi engagé énormément de frais, notamment en coûts vétérinaires. Le président de l’association confie avoir dû faire appel à des vétérinaires de permanence, les vétérinaires des refuges étant confinés chez eux. Au final, la SPA a dépensé pas loin de 150 000 euros.

 

Depuis le 16 avril, l’association a cependant enregistré 600 adoptions sur tout le territoire français. Autant d’animaux qui ont ainsi échappé à l’euthanasie, alors que les refuges de la SPA arrivaient à saturation et ne pouvaient plus accueillir les chats et les chiens en provenance des fourrières.

PUBLICITE