Confinement : des dérogations pour les chasseurs

PUBLICITE

Les chasseurs auront finalement bien le droit à des dérogations lors de ce nouvel épisode de confinement, annoncé par le président Emmanuel Macron mercredi 28 octobre 2020. Alors que les déplacements sont désormais réduits au strict minimum, avec des aménagements pour certains secteurs, comme les écoles, les chasseurs, eux, pourront bénéficier de sorties pour une seule raison : éviter la prolifération des sangliers et des chevreuils, comme le rapporte le magazine Huffington Post.

 

Bérangère Abba, secrétariat d’État à la biodiversité, explique :

 

Pendant cette période de confinement, nous nous devons d’éviter un accroissement des dégâts faits aux cultures, aux forêts et aux biens par une prolifération des populations de grand gibier comme les sangliers ou les chevreuils. C’est uniquement à cette fin et sur demande de l’autorité administrative que des actions de chasse pourront avoir lieu dans les prochaines semaines.

 

Source : Pixabay

 

La chasse à courre n’est pas concernée par ces dérogations. Willy Schraen, le président de la Fédération Nationale des Chasseurs, a accueilli la nouvelle avec soulagement :

 

Je ne veux pas qu’on dise que les chasseurs dérogent à quoi que ce soit et continuent de pratiquer la chasse, ce n’est pas ce qu’on a demandé. Mais si on n’y va pas, comment on va faire ? Normalement, rien que pour les sangliers, on doit en tuer 500 000 avant la fin de l’année. Vous imaginez si on ne va pas à la chasse ! Ca fait 500.000 sangliers en plus sur le territoire, peut-être autant de chevreuils.

 

D’autres espèces pourraient aussi être concernées, comme les lapins, les faisans ou les pigeons. La secrétaire d’État a ajouté que des consultations locales auront lieu pour « préciser les conditions sanitaires et gestes barrières à respecter lors de ces actions exceptionnelles de chasse ».

PUBLICITE