Chat torturé et tué à l’acide : le jugement « aberrant » des 3 adolescents coupables

ADVERTISING

La cruauté dont a été victime un chat torturé à l'acide dans le Tarn-et-Garonne ne sera finalement pas puni avec la sévérité qu'attendaient les associations de protection animale. Le 5 janvier dernier, le Tribunal pour enfants de Montauban a décidé de relaxer deux des trois adolescents coupables et de sanctionner le troisième de deux mois de prison avec sursis.

 

Les faits remontent à janvier 2014. Trois collégiens âgés d'une quinzaine d'années résidants dans la commune de Lamagistère (82) d'années décident de martyriser un chat "choisi au hasard", selon les mots de la Fondation 30 Millions d'Amis qui s'était portée partie civile dans le dossier, aux côté de huit autres associations.

 

chat-acide-tarn-et-garonne-2Source : DDM / La Dépêche (photo d'illustration)

 

C'est un passant qui retrouve la dépouille mutilée de l'animal. L'autopsie révélera qu'il a été frappé et étranglé. Après son décès, les adolescents ont brûlé sa dépouille à l'acide chlorhydrique et lui ont enfoncé un pétard dans l'anus. Grâce à plusieurs témoignages, les forces de police ont rapidement retrouvé la trace des auteurs qui n'ont pas tardé à passer aux aveux.

 

"Une porte ouverte à une récidive"

Après deux années de procédure, cet acharnement d'une violence inouïe "restera à jamais impunie", regrette 30 Millions d'Amis. La défense a su en effet convaincre les juges que les jets d'acide et l'insertion du pétard ont été réalisés alors que l'animal était déjà mort et qu'il ne s'agit donc pas d'un "acte de cruauté" à proprement parler.

 

Xavier Bacquet, avocat de la Fondation 30 Millions d’Amis, déplore ce jugement :

 

Cette décision est aberrante. De tels faits se devaient d'être sanctionnés fermement : cette décision est une porte ouverte à une récidive voire, pire, à des actes encore plus cruels.

 

Aujourd’hui, en France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros sanctionne les actes de cruauté envers les animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

Image de couverture : Gelpi – Fotolia.com (photo d'illustration)

 

* * *

 

Sur le même sujet

 

Tout le monde doit signer cette pétition pour plus de sévérité contre la cruauté envers les animaux

 

ADVERTISING