Chasse : le risque zéro n’existe pas

PUBLICITE

Après les deux dramatiques accidents qui ont eu lieu à quelques jours d’intervalle, le président des chasseurs, Willy Schraen, a décidé de s’exprimer lundi 1er novembre 2021, comme l’explique le journal Ouest France.


Il a déclaré :


Ça tombe très mal, ces accidents dramatiques, et je m’en excuse encore, car c’est mon rôle. C’est une petite loi des séries. Il y en a très peu dans une année des accidents de ce genre, ils sont très rares, surtout avec les non-chasseurs. On sait que l’accident peut arriver, le risque zéro n’existe pas.


Avant d’ajouter :


Parfois, l’erreur est humaine. C’est l’espèce humaine, c’est l’homme, on n’est pas tous des robots […] Il y a 80 millions de coups de feu tirés par an, les accidents tendent à se rapprocher de 0. En 20 ans, les accidents ont été divisés par quatre.


Le 30 octobre, un automobiliste a été touché de plein fouet au niveau du cou alors qu’il circulait au volant de sa voiture. Transporté en urgence au CHU de Rennes, il se trouvait toujours entre la vie et la mort. Face à la multiplication des incidents, certains politiques montent au créneau. C’est notamment le cas de Yannick Jadot, le candidat écologiste à la présidentielle 2022, qui a proposé d’interdire la chasse le weekend et durant les vacances. Une prise de position ridicule pour Willy Schraen : Geoffroy van der Hasselt / AFP


Prendre ces accidents pour appuyer sa campagne présidentielle, je trouve ça franchement déplacé. Ce n’est pas digne d’une personne qui veut être président de la République.


Source : Geoffroy van der Hasselt


Le président des chasseurs est également revenu sur les rapports qu’il entretient avec Emmanuel Macron.


On a eu un bilan plutôt bon avec Emmanuel Macron, et plutôt mauvais avec sa ministre de l’écologie. Il a fait des choses pour la chasse qu’aucun président n’avait fait jusqu’ici.


La chasse devrait avoir une place de choix au sein des débats à la présidence, car Willy Schraen a déjà annoncé la tenue d’un grand oral sur la question. Quant aux Français, premiers concernés, ils se montrent de plus en plus hostiles à cette pratique. Selon un sondage IPSOS de septembre 2021, plus de la moitié des Français se disent opposés à la chasse.


Image d’illustration : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

PUBLICITE