Cette chienne destinée à la boucherie a perdu la moitié de son visage. Deux femmes ont changé son destin

PUBLICITE

Teresa a échappé au pire. De très peu. En décembre dernier, cette jeune chienne de 2 ans se fait attaquer dans une rue de Thaïlande par un individu qui tente de lui trancher la tête afin de la manger.

 

Si la boule de poils parvient à échapper à ce destin tragique, son bourreau aura malheureusement le temps d'atteindre une partie de son museau, qui sera mutilé. Elle en restera défigurée à vie.

 

 teresa-thailand-5Source : Michelle Weirich / Karen Quigley

 

Tandis qu'elle prenait ses jambes à son cou pour échapper à la mort, Teresa a été attrapée et recueillie par le bénévole d'un refuge thaïlandais. Hélas, les soins vétérinaires dont la chienne a temps besoin s'avèrent trop élevés pour que l'association puisse les prendre en charge.

 

C'est alors que Michelle Weirich et Karen Quigley, deux américaines du New-Jersey, interviennent. Le refuge où réside Teresa les contacte en leur demandant si elles sont prêtes à recevoir la chienne. Elles acceptent sans hésiter, déterminées à la remettre d'aplomb et à lui trouver une famille d'accueil.

 

teresa-thailand-4Source : Michelle Weirich / Karen Quigley

 

Michelle effectue alors le voyage jusqu'en Thaïlande pour ramener Teresa sur le sol américain ; à son arrivée, Karen accueille la chienne sous son toit ; et ce, durant toute sa sa convalescence. Pendant ce temps là, elles oeuvrent pour récolter des fonds afin de financer ses soins vétérinaires, dont la note va s'avérer salée.

 

Compte tenu de la gravité des blessures de Teresa, les deux bénévoles font appel aux meilleurs chirurgiens du pays. Les dégâts causés à son visage sont en effet sévères. Avant de procéder à une reconstruction plastique, il s'agit avant tout, pour les médecins, de reformer les terminaisons nerveuses abîmées, de lui extraire les dents cassées, et de réparer sa cloison nasale ainsi que sa langue.

 

Karen explique :

 

Elle est belle comme elle est. Il ne s'agit pas d'opérations d'esthétiques ici. Celles-ci auront lieu que si elles ont également des bénéfices pour sa santé. 

 

teresa-thailand-6Source : Michelle Weirich / Karen Quigley

 

Grâce à leur cagnotte en ligne, Michelle etKaren obtiennent près de 7 000 euros, qui permettent de couvrir les premières interventions chirurgicales ainsi que le voyage du toutou jusqu'aux États-Unis. Cependant, la somme reste insuffisante pour rembourser tous les soins médicaux dont a besoin Teresa.

 

Exposée, la cloison nasale de la chienne est largement endommagée ; c'est la principale source d'inquiétude de l'équipe de vétérinaires. Si les chiens, expliquent-ils, respirent majoritairement par la bouche, ils ont cependant recours à la respiration nasale quand ils dorment :

 

Nous voulons nous assurer, étant donné qu'elle est très jeune, qu'elle pourra avoir une longue et heureuse vie, sans problèmes respiratoires. On doit donc d'abord régler ce problème et dans un second temps, si la chirurgie réparatrice est envisageable, on le fera. 

 

Dans l'immédiat, ce qui comte est de choyer Teresa et de lui donner toute l'affection dont elle a besoin. "Elle est heureuse. Elle ne sait pas qu'il y a quelque chose qui cloche chez elle.", confie Karen. "Ce n'est que le début de son histoire. Elle va réapprendre à faire confiance aux gens et renouera avec le bonheur."

 

On vous laisse découvrir la petite miraculée :

 

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d'accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d'alimentation ultra-premium livré en 1h (sur invitation seulement). Merci de nous faire confiance !"

 

Via : NJ.com

 

En Chine comme en Corée du Sud, la consommation de viande de chien cristallise le fossé générationnel entre les jeunes et les seniors. D'après un sondage réalisé en 2015 par l'institut Gallup Korea, 20% des hommes coréens âgés d'une vingtaine d'années déclarent avoir mangé du chien au cours de l'année, contre 50% du côté des cinquantenaires et des sexagénaires.

 

Pour les jeunes générations, imprégnées de culture occidentale, les chiens et les chats sont en effet avant tout des animaux de compagnie et il leur semble souvent étrange voire choquant de les consommer. Il est ainsi très probable que le commerce de la viande de chien connaisse un rapide déclin au cours des prochaines décennies en Corée du Sud comme en Chine.

 

Si vous souhaitez soutenir l'association HSI dans son combat, cliquez ici. Vous pouvez également signer cette pétition qui demande l’abolition du festival de Bok Nal.

 

* * *

 

Sur le même sujet

 

Il traverse le globe pour sauver des chiens de l’abattoir et fait la lumière sur cette industrie

 

PUBLICITE