Ces restaurants servent illégalement de la viande de tigre. Des associations se mobilisent

ADVERTISING

De plus en plus de zoos apparaissent dans toute l'Asie, prétendant servir l'effort de préservation de nombreuses espèces en danger, dont les tigres.

 

tiger_farming_asia_wine_2Source : Adam Dean/New York Times

 

Hélas, la vérité est tout autre. Nombre de ces établissements sont en réalité des fermes, qui utilisent les animaux capturés dans la nature à des fins médicales ou culinaires.

 

Le journal américain New York Times a mené une enquête enquête approfondie sur ces différents zoos ou attractions pour touristes prétendant œuvrer à la conservation des tigres.

 

Le menu "Jungle"

Un groupe chinois, appelée King's Roman, a récemment loué une parcelle de terrain au gouvernement laotien pour implanter un casino. L'endroit se situe au cœur d'une zone économique spéciale, et s'accompagne d'une surveillance beaucoup moins stricte qu'en Chine.

 

tiger_farming_asia_wine_5

 

Le casino abrite un zoo où se trouvent plusieurs félins, ainsi qu'une zone dédiée au combat de coqs, le tout assorti d'un restaurant. Celui-ci propose un menu spécial, le menu "jungle". Les clients peuvent commander notamment de la viande de tigre, de la viande de pangolin (un mammifère pourtant en danger critique d’extinction) ou des pattes d'ours.

 

Un vin aux os de tigre, fabriqué à partir de la fermentation d'os et de pénis de tigre dans du vin de riz, est également disponible à la vente. Ce vin a contribué à la popularité de ces fermes.

 

tiger_farming_asia_wine_1

 

Cependant, d'après le New York Times, bon nombre des animaux prétendument élevés dans les fermes mêmes ont en réalité été capturés à l'état sauvage.

 

"Les clients préfèrent les animaux qui ont été attrapés dans la nature"

Le nombre de tigres retenus dans ces établissements dépassent celui des félins encore en liberté. Il existe plus de 200 fermes de tigres en Chine.

 

Et malgré la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), signée par tous les pays d'Asie du Sud-Est, et qui interdit la vente de viande de tigre, ce commerce reste très lucratif.

 

Grace Ge Gabriel, membre de l'association IFAW, confie au New York Times :

 

Élever des tigres pour le commerce trouble les clients et stimule la demande. La demande en hausse pour des parties de tigre alimente également le braconnage, car les consommateurs de faune sauvage préfère les animaux qui ont été attrapés dans la nature.

 

tiger_farming_asia_wine_3

 

Si certains officiels participent à ce trafic, des pays, comme le Laos, ont réaffirmé leur désir de mettre un terme à l'existence de ces fermes. Malheureusement, les efforts, pour le moment, restent vains.

 

Pour les tigres encore prisonniers de ces établissements, peu de solutions existent. Ils sont encore 700 aujourd'hui au Laos, et ont des contacts réguliers avec les humains, ce qui contribue à faire baisser leur peur, tout en augmentant la probabilité qu'ils tentent de se nourrir dans des villages. Leurs capacités à survivre seuls sont par conséquent limitées.

 

En parallèle, la plupart des sanctuaires pour félins n'ont pas les fonds nécessaires pour accueillir autant de tigres et les nourrir.

 

tiger_farming_asia_wine_4Source : Shiho Fukado/New York Times

 

Une autre option, l'euthanasie, risquerait de provoquer une vague de colère, et les autorités ne savent pour le moment pas comment agir.

 

"Les États-Unis doivent devenir un modèle"

La Chine, de son côté, demande à ce que la CITES soit amendée et que le commerce de produits à base de tigre soit de nouveau instauré (une demande qui a été refusée à de nombreuses occasions).

 

Les autorités chinoises pointent du doigt les États-Unis, qui possèdent plus de 5000 tigres en captivité, dans des zoos délabrés et des cirques à travers tout le pays.

 

Leigh Henry, membre de l'association, World Wildlife Fund, conclut :

 

La priorité est de faire fermer les fermes de tigres en Asie, mais les États-Unis doivent devenir un modèle, et cela commence par balayer devant notre porte.

 

Vous pouvez tenter d'aider à mettre un terme à ces pratiques cruelles en soutenant l'association WWF en cliquant ici.

 

Via : The New York Times

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING