Ces éleveurs récidivistes déjà condamnés pour maltraitance viennent tout juste d’être arrêtés

ADVERTISING

Le 5 mai 2017, les gendarmes de l'Oise ont placé en garde à vue un couple "d'éleveurs". Accompagnées au petit matin par la Direction Département de Protection des Populations et par l'association One Voice, les forces de l'ordre ont pénétré sur une propriété délabrée où les attendait un bien triste spectacle.

 

Source : OneVoice

 

Rien d'étonnant, cependant, pour les bénévoles de One Voice, qui avaient déjà fait condamner le couple en 2004 pour actes de cruauté. À l'époque, 46 chiens avaient été saisis et sortis de l'enfer.

 

Source : OneVoice

 

Une odeur pestilentielle régnait sur la propriété délabrée. Les enclos des chèvres, des quatre chiens – des bouledogues français – et des chats était sales, remplis d'excréments. Les félins, apeurés, n'osaient pas se montrer et restaient tapis. Les bénévoles ont découvert les restes d'une poule et un cadavre de chat momifié derrière une porte. Sur le terrain de la maison erraient de nombreuses chèvres naines, parfois accompagnées de leurs petits.

 

Source : One Voice

 

Tous les animaux vivaient dans des conditions déplorables et inhumaines. Les éleveurs avaient pourtant été condamnés en 2011 à une interdiction formelle de posséder des animaux, ce qui ne les a pourtant pas empêchés de recommencer. Tous les animaux ont à nouveau été saisis et placés en sécurité auprès des refuges présents lors du sauvetage.

 

Source : OneVoice

 

One Voice a décidé de porter plainte contre le couple de récidivistes, et espère une sanction exemplaire.

 

Regardez la vidéo du sauvetage :

 

Saisie du 5/05

Qu'est-ce qu'une vie dans une boite? Isolés, malades, mal nourris, dans la boue, sans abri digne de ce nom… les animaux de cet "élevage" ont été sauvés grâce au travail de notre Cellule Zoé! Tous sont aujourd’hui à l’abri et soignés, en attendant le procès.
One Voice a porté plainte, les propriétaires (récidivistes!) ont été mis en garde à vue.

Publié par One Voice sur mardi 23 mai 2017

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING